Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Les pauvres de Fratello, messagers de la révolution de l’amour »

Fratello
Francois Regis Salefran
Père Nicolas Buttet et un fratelli.
Partager

Présent à Lourdes pour la Journée mondiale des pauvres, Mgr de Sinety raconte la joie apaisante du pèlerinage Fratello. Les participants ont reçu avec émotion la mission du pape François : « Vous êtes les messagers de la révolution de l’Amour. C’est dans votre faiblesse que Dieu nous parle. »

Autour de 1.500 participants venus des quatre coins de France, de l’Espagne, de Belgique, Pologne, République Tchèque, Royaume-Uni, Luxembourg… en trains, en bus, en camionnettes et même à pieds ! La Journée mondiale des pauvres a rassemblé à Lourdes une foule bigarrée de pauvres de tous pays et de toutes misères. Les témoignages se succèdent dans la basilique Sainte-Bernadette, ils nourrissent la prière des célébrations et apaisent l’inquiétude que chacun porte de se sentir parfois seul et abandonné !

Fratello
Francois Regis Salefran
Portrait de pierrot du réseau Entourage.

Les pauvres, trésor de l’Église

« Vous êtes le trésor de l’Église » : il y a trois ans le pape François accueillait les milliers de pauvres à Rome pour la première édition de cette toute neuve journée mondiale. Sur l’écran de la basilique, en ouverture, le Saint-Père a redit avec force cette réalité : oui, le pauvre est un trésor pour l’Église. « J’ai besoin de vous tous, chacun de vous, leur a dit le Pape. Vous qui êtes au pied de la Croix, peut-être seul, isolé, abandonné, sans-abri, expulsé de votre famille ou de votre pays, victime d’alcool, de prostitution, de maladies. Soyez conscients que Dieu vous aime. Dieu écoute spécialement votre prière. Le monde souffre et votre prière émeut le Seigneur. » Car dans les fêlures et les misères, dans l’ébrèchement de la vie, l’Amour peut prendre place, grandir, s’incarner. Tel est l’immense paradoxe de nos vies et de la manière dont le Seigneur s’y prend avec chacun de nous : c’est dans nos faiblesses que la Puissance divine se déploie. Et seulement dans nos faiblesses.

Lire aussi : Le pape François dénonce « l’indifférence » de la société envers les plus pauvres

Désormais, c’est le Maître qui se prosterne

À ceux à qui l’on a appris depuis toujours qu’il faut s’incliner devant l’intelligence, la gloire, la richesse ou la force, une Bonne Nouvelle est proclamée : en lavant les pieds de ses apôtres, le Christ révolutionne l’ordre du monde. Désormais c’est le Seigneur qui sert, c’est le Maître qui se prosterne. La Révolution de l’Amour qu’avait appelée saint Jean Paul II est portée par les pauvres, et tous peuvent s’y joindre : il suffit de se reconnaître soi-même comme « mendiant de l’Amour » pour y œuvrer avec succès. À ceux qui sont victimes de violences, d’injustices et dont la colère ou le désespoir peuvent submerger parfois, il a été dit combien la brutalité et la vengeance ne produisent que la mort. Et que la Vérité, souvent rude à reconnaître, exige du baptisé qu’il ne choisisse pas d’autre arme que celle de Celui qu’il s’est choisi pour Maître.

Fratello
Francois Regis Salefran
Mgr Brouwet et Mgr Blanchet entourés de fidèles.

La mission des pauvres

Oui, à Lourdes comme partout dans le monde où cette Journée a été célébrée, les pauvres de notre Terre se sont vus confier par Dieu une mission : porter au monde l’Évangile du Christ en cherchant à accomplir son commandement d’amour mutuel comme Il nous a aimés. Pour armes, ils disposent de celles de tout baptisé : la prière, les sacrements et ce que l’Esprit suscite en nous comme vie de Charité : « Il n’y a personne d’assez pauvre pour n’avoir rien à donner » conclut le Pape.

Lire aussi : Depuis Rome, le Pape s’adresse aux pèlerins de Fratello

À ceux qui souriront et trouveront naïfs et bien peu productifs cet appel et ce commandement, le prétendant peu réaliste devant les désordres du monde et le relativisant parfois fort doctement, il faudra simplement répéter ce verset si simple et si vrai : « En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : “Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits” » (Mt 11, 25).

Emplis de la tendresse de Dieu

C’est bien de ce temps-là qu’il s’agit, notre temps, toujours présent pour Dieu, où le Royaume surgit et préfigure notre commune prédestination. À Lourdes la grotte est d’abord le lieu d’un vide. Un vide dans la roche, un vide dans nos cœurs. Ce vide peut manifester combien notre béance peut être comblée sinon par l’humble sourire et la voix fragile de Marie, qui sait comme personne combien le Très-Haut emplit celle qui s’ouvre à Sa Présence. Et combien en m’emplissant ainsi, l’Amour qui vient de Lui, déborde en source vive pour le salut du monde.

« Dites au monde quel est votre trésor : Jésus. Allez avec Marie afin qu’elle vous rende apôtres de la tendresse de Dieu. » Cet envoi du Pape aux pauvres rejoint chacun de nous, pour le salut du monde !

Lire aussi : Pour le pape François, les pauvres sont des « tabernacles vivants »

Le Top de Mgr Benoist de Sinety
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]