Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La perversion : les conseils de la Bible pour s’en protéger

TEENAGER GIRL
Partager

« Faire face à la perversion — Des ressources spirituelles inattendues » est le dernier ouvrage de la théologienne protestante Lytta Basset. Tout en décrivant les principaux traits de la perversion, elle donne les passages de l’Évangile qui permettent de se protéger des attitudes et mécanismes pervers. Harcèlement, emprise, inversion des culpabilités, mensonge… Les outils sont nombreux.

C’est une lecture de la Bible originale et novatrice. Théologienne protestante suisse, Lytta Basset a écrit Faire face à la perversion : des ressources spirituelles inattendues avec rigueur et une volonté de donner des ressources à ceux qui sont démunis face aux pièges de certaines relations humaines. Qu’ils se rassurent, Jésus lui-même en a été victime, y a fait face et sait comment déjouer certains pièges. Les psaumes regorgent d’ailleurs de paroles liées à l’humiliation, la manipulation et tout autre sentiment suscité par des situations malignes et toxiques. Pédophilie, harcèlement moral ou sexuel, relations mortifères sont clairement d’actualité, mais c’est aussi le cas d’autres perversions qui sont malheureusement présentes dans notre quotidien. Pour y faire face, la théologienne propose de lire la Bible avec un éclairage nouveau.

La perversion, sujet actuel et explosif

Le nombre d’ouvrages sur la perversité nourrit les rayons psychologie des librairies depuis quelques années. Entre chasse aux sorcières parfois irraisonnée et excessive, et une réalité certaine, ce livre a le bénéfice d’ouvrir plus largement le sujet, de l’assainir en quelque sorte, pour s’y repérer de manière responsable et adulte. Parce qu’il va plus en profondeur. Responsabilité, vérité, conscience, unité font ainsi face à ce qui englobe la destruction des liens avec la confusion, l’emprise, la manipulation, le déni, la complicité de l’entourage, l’inconscience, l’agression et le non respect de l’identité de l’autre. Pourquoi la Bible est-elle une ressource indéniable pour trouver des outils face à la perversion ? Tout simplement parce qu’elle est le livre de l’unité, de la lumière et qu’elle appelle chacun à trouver sa place et son identité. Ensuite parce que les psaumes amènent le lecteur à un examen de conscience et à la lucidité, qui vient de la même racine que la lumière. Le psaume 64 peut être un vrai refuge pour toute personne victime de manœuvres perverses.

Discerner la perversion et y faire face

Le constat de la théologienne est glaçant : nul n’est exempt de pouvoir tomber sous le joug de la manipulation. Elle rappelle la définition des narcissiques du père Pascal Ide : « Ils colmatent leurs brèches en vampirisant l’autre », «  leur personnalité construit un ego surdimensionné sur un je sous-développé ». D’où leur horreur de ceux qui sont capables de s’exprimer selon une estime d’eux-mêmes équilibrée, à l’aide du « je », comme Jésus. D’ailleurs, une personne divisée a plus de chance de devenir manipulable. Une des phrases favorites des manipulateurs est : « Tout le monde pense comme moi ». Bien qu’ils sont généralement en conflit avec la loi.

Lire aussi : Six psaumes à lire pour surmonter les moments difficiles de la vie

Mais si les dégâts de la perversion sont si manifestes, c’est à cause de la « contagion redoutable » qu’elle opère. Dans La haine de l’amour, M. Hurni et G. Stoll constatent que « la perversion exerce un véritable effet d’entraînement, d’amplification, de l’individu au groupe en passant par le couple. » La psychiatre M.-F. Hirigoyen estime que « si cette perversion n’est pas dénoncée, elle se répand de façon souterraine par l’intimidation, la peur, la manipulation ». Pour ligoter quelqu’un, il suffit de l’entraîner dans les mensonges et les compromissions, souligne l’auteur, pour le rendre complice du système pervers. Et ce n’est pas toujours simple de réagir.

Lytta Basset met en garde : « Les pires pièges se mettent en place dès que nous renonçons à réfléchir par nous-mêmes, donc à discerner le vrai du faux, le juste de l’injuste. » Geneviève Schmit, auteur d’un ouvrage sur le sujet qu’elle cite, l’analyse très bien : « La pensée est l’ennemi suprême de la perversion. La victime perd rapidement sa capacité de penser et d’agir en dehors des directives de son maître et bourreau. » Bienvenue dans la transmission de la non-pensée. Mais parfois, il suffit d’une personne courageuse pour tout faire basculer, comme Joseph au moment du massacre des nouveaux-nés qui réagit pour sauver Jésus. L’intelligence du cœur, dont la Bible se veut l’instigatrice et la pédagogue, demeure une arme redoutable. Le pape François lui-même encourage à la responsabilité. Il dénonce depuis longtemps dans ses homélies l’hypocrisie et le mensonge de nombreux responsables religieux. Autrement dit, le premier conseil n’est pas de partir en courant, mais d’abord d’y faire face. Même si cela suppose ensuite de prendre la fuite quand nous sommes directement victime.

Et si la réponse était la liberté ?

Une parole rassure. Il est possible de changer les cœurs les plus secs, éloignés de Dieu, grâce à l’amour. C’est également le constat de P.-C. Racamier, pionnier de la description et du traitement de la perversion narcissique. À commencer par soi-même. L’envie, la jalousie, les médisances, l’abus de pouvoir, les mots qui salissent, tous ces maux ne sont pas le seul apanage des plus terribles pervers. La souffrance, le vide intérieur, le besoin d’être reconnu et la comparaison sont à la racine de ces nombreux défauts humains. Discerner cela, c’est déjà un premier pas pour être libre. Ainsi de la parabole des ouvriers de la onzième heure quand le maître répond aux premiers arrivés en colère : « Ton œil est-il mauvais parce que moi je suis bon ? ». Se comparer est un poison. Ou encore de l’enfant qui se coupe les ailes par crainte de faire ombrage à un parent, s’il se réalise dans son identité propre. Ou bien le désir de gloire, et non celui de vouloir se réaliser simplement. Jean rapporte cette parole du Christ : « Celui qui croit en moi fera lui aussi les œuvres que je fais, et même il en fera de plus grandes. »

Lire aussi : Couple : ne laissez pas la violence psychologique s’installer !

Lytta Basset étaie son analyse de références de nombreux spécialistes, s’arrête longuement sur Sodoma ou encore Qu’avez-vous fait de Jésus?, pour en extraire l’importance du souci de vérité. Son enquête est fascinante. Elle s’adresse à tous, aux complices, aux témoins et aux victimes. À la lumière de la parole vivante, son exposé est une invitation à grandir. En ce sens, cet ouvrage est une ressource intelligente et bienfaisante, qui s’appuie sur une analyse approfondie des paroles de la Bible, jusqu’à leur étymologie. Très éclairant, il ouvre à la liberté et au courage.

Livre Face à la perversion

Faire face à la perversion, des ressources spirituelles inattendues, de Lytta Basset, Albin Michel, octobre 2019, 22,90 euros.

Les 10 attitudes à cultiver pour vivre dans la joie :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]