Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

La Nuit du Bien Commun, une soirée pour donner à ceux qui en ont besoin

Nuit du Bien Commun
© La Nuit du Bien Commun
Nuit du Bien Commun 2018.
Partager

La Nuit du Bien Commun, qui met en relation des donateurs et des associations d’intérêt général, aura lieu pour la troisième fois au théâtre Mogador mardi 19 novembre 2019. Cette année, elle vise le million d’euros.

Après le succès des deux premières éditions, la Nuit du Bien Commun se tiendra pour la troisième année consécutive au théâtre Mogador mardi 19 novembre. Cette soirée caritative a pour objectif de soutenir des projets sociaux et solidaires au service du bien commun. 1.000 personnes sont attendues. Alors que la première édition avait rassemblé 560.000 euros et la deuxième presque 800.000, les organisateurs espèrent cette fois-ci atteindre le million d’euros. Douze projets sont lauréats. « Nous essayons d’avoir des associations variées sur toutes les thématiques » explique à Aleteia Stanislas Billot de Lochner, l’un des fondateurs de la soirée. « Nous avons reçu 140 candidatures et nous en avons trouvé une douzaine hors-normes ».

Une association qui donne de l’humanité aux derniers instants

Parmi elles, l’association Visitatio, qui vient en aide gratuitement aux personnes en fin de vie ou confrontées à la maladie évolutive, grâce à un soutien humain de quartier et à une présence médicale. Selon Jean-François Vié, son cofondateur, ce projet permet de « recréer une dynamique de village ». L’une de ses forces est qu’il permet aux personnes concernées de rester chez elles jusqu’au bout, en étant préservées de l’isolement. Soignants et bénévoles assurent ainsi des visites régulières chez les patients. Tandis que les premiers prodiguent des soins médicaux et dialoguent avec le malade et son entourage, les seconds écoutent, discutent, font une course, apportent à l’occasion un bon petit plat maison… « C’est vraiment une demande que l’on sent de la part des patients. Vraiment ils n’aiment pas l’hôpital, et à chaque fois, ils nous demandent d’être chez eux », explique le docteur Véronique P., médecin Visitatio.

« Les personnes qui sont dans leur maison en milieu d’interaction habituelle avec leur famille et leur entourage sont plus apaisées à partir du moment où nous arrivons, nous professionnels, à apaiser l’entourage », ajoute le docteur Francois Croixmarie, qui participe lui aussi à cette aventure humaine. Pour Sylvia, bénévole, la démarche est toute simple. Il s’agit d’associer « de l’accompagnement, de l’écoute, de l’attention, de la tendresse et de la douceur ». Bernard, dont le père a été suivi par Visitatio, a été touché par la qualité de l’accompagnement. « L’expérience que nous a offert papa est un beau cadeau de départ », lance-t-il non sans émotion. Visitatio est présent dans quatre villes d’Île-de-France et devrait ouvrir prochainement à Tours (Indre-et-Loire).

Une soirée à suivre en live

Cécile de Ménibus et Patrick Roger, journalistes chez Sud radio, animeront la soirée. On compte cette année plusieurs nouveautés : la soirée sera diffusée en direct sur Sud radio et sur la page Facebook de La Nuit du Bien Commun. Sur place, les promesses de dons pourront être faites par téléphone sur place ou à distance. Plus surprenant, les organisateurs parient même sur le don via Bitcoin. Cette soirée ne devrait pas être la dernière. Les organisateurs envisagent de développer rapidement l’initiative dans de grandes villes européennes, à destination des Français expatriés notamment.