Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Quand le nom d’un abbé met le curé et le maire d’accord

web2-esplanade-gregory
Grégory Soodts
L'esplanade de l'abbé Roux, à Chénas.
Partager

Le village de Chénas (Auvergne-Rhône-Alpes) a tenu à rendre hommage à son ancien curé, l’abbé Roux, en donnant son nom à une esplanade. Cette dernière sera inaugurée ce lundi 11 par le maire avant d’être bénie par le curé actuel.

Il est des gens qui marquent les esprits et les cœurs. L’abbé Loys Roux était de ceux-là. Infirmier et brancardier pendant la Première Guerre mondiale, il a ensuite été curé à Chénas (Auvergne-Rhône-Alpes) pendant 20 ans. « C’était un personnage haut en couleurs avec un sacré caractère comme on en trouvait à l’époque ! », confie dans un sourire le père Pattyn, curé en charge de la paroisse de la Trinité en beaujolais, à Chénas (Auvergne-Rhône-Alpes). « Mais il était extrêmement apprécié par les habitants ». « Il faisait intégralement partie de la vie du village, pourtant très communiste à l’époque », confie un paroissien. « Il n’a jamais hésité à se déplacer chez quelqu’un, peu importe ses idées politiques, pour prodiguer des soins ».

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=CMCBqAGO04A%5D

Parce que la figure de l’abbé Loys Roux (décédé en 1970, ndlr) rassemble largement, il a été choisi pour donner son nom à l’esplanade du village. « Au début elle ne devait pas avoir de nom », indique le père Pattyn. « Mais un paroissien l’a proposé au maire qui a tout de suite accepté ». « En ce 11 novembre je trouve que c’est un beau symbole d’unité que de voir un maire et un prêtre inaugurés côte à côte une esplanade au nom d’un abbé », assure encore le père Pattyn.

À l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale une exposition avait été organisée afin de mettre en lumière la vie et le travail de l’abbé Loys Roux et de son frère Joseph, également prêtre, tué en 1915 en portant secours à un blessé. Les deux frères, infirmiers et brancardiers, étaient également d’incroyables photographes : ils ont ainsi pris quelque 2.000 photos du conflit.

Découvrez en images ces hauts lieux de mémoire de la Grande Guerre :