Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Réputation en ligne : ce que votre ado doit savoir

Snapchat
Snapchat ; application
Partager

À l’occasion de la journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école, ce jeudi 7 novembre, Aleteia souligne l’importance de veiller sur l’« e-réputation » de son enfant, en vue de limiter, entre autres, les cas de cyber-harcèlement. En effet, plus son image sera protégée, moins il sera exposé à d’éventuels commentaires malveillants.

Les jeunes sont de plus en plus connectés aux réseaux sociaux, et ce de plus en plus tôt. En France, 76% des 12-17 ans en sont des utilisateurs réguliers, Snapchat et Instagram en tête, selon les données Statista 2019. En sont-ils pour autant des utilisateurs avertis ? Pas tous ! D’où la nécessité de les accompagner dans l’usage de ces applis et de les éveiller à la notion de « réputation numérique ». Tous les contenus publiés sur les réseaux sociaux, les blogs ou les plateformes de partage de vidéos donnent à voir une facette d’une personne, contribuent à l’élaboration de son image en ligne mais surtout offrent une prise au cyber-harcèlement. En effet, l’apparence physique, les résultats scolaires, l’orientation sexuelle et les croyances religieuses constituent le top 4 des attaques des cyber-harceleurs.

1
Ses données personnelles ont de la valeur

La CNIL insiste pour que chaque utilisateur ait conscience que ses informations personnelles ont de la valeur. Tous les likes, données de géolocalisation, photos, habitudes,… postés sur les réseaux sont réutilisés, au mieux à des fins commerciales, au pire par des personnes mal intentionnées. Un bon moyen pour discerner ce qui est publiable ou non est de se demander s’il s’agit d’une information « publique ». Car il n’y a aucun moyen de garantir que ce qui est publié restera là où l’auteur a l’intention de le voir. Et pour preuve, les messages soi-disant « privés » partagés par les soi-disant « amis », les piratages de comptes ou encore la fréquence des « fuites » de données personnelles par les géants du Net incapables de garantir une confidentialité numérique.

Lire aussi : Éducation : le défi sans précédent des parents du XXIe siècle

2
Ses posts peuvent avoir des conséquences sur sa vie future et sur celle des autres

Internet n’oublie rien et un contenu inapproprié peut coller longtemps à la peau. Le meilleur exemple est celui des recruteurs qui recherchent des informations sur les candidats à l’embauche. Le moindre faux-pas ou photo compromettante ne jouera pas en sa faveur lorsqu’il sera en recherche d’emploi. Un enfant doit aussi être alerté sur les conséquences que peut avoir son post sur la vie privée des autres. Parler des difficultés professionnelles, financières ou conjugales de ses parents peut leur porter préjudice. Et c’est là que se corse la notion de réputation numérique : si l’on peut maîtriser une partie de sa réputation en ligne, il reste cependant une partie qui ne dépend pas de soi mais de ce que les autres vont poster sur nous.

3
Les paramètres de confidentialité sont modifiables

Si par défaut son profil est paramétré « tout public », sachez que vous pouvez limiter la vue de son profil à ses « amis » ou à quelques personnes seulement. Une bonne gestion des paramètres offre ainsi un certain niveau de protection. Pas parfait mais mieux que rien !

4
Bien verrouiller son compte est important

Afin de garder ses informations personnelles privées, il est nécessaire d’avoir un mot de passe fort, composé de lettres majuscules et minuscules, de symboles et de chiffres, et d’activer l’option de « double authentification », une vérification en deux étapes exigeant deux preuves de l’identité de l’utilisateur. Des logiciels accessibles en ligne permettent de pirater en quelques minutes des comptes mal protégés.

Lire aussi : Ces applis pour ado dont il faut se méfier

5
Demander la suppression d’une publication non souhaitée, c'est possible

Le plus simple est d’abord de demander la suppression du post indésirable auprès de la personne à l’origine de la publication. Si cette démarche est impossible, le RGPD permet à toute personne de demander l’effacement de données la concernant diffusées sur Internet. Qu’il s’agisse d’une photo gênante ou d’une information collectée par un organisme, vous pouvez demander au site à l’origine de la publication leur suppression en précisant l’URL, les informations à supprimer, et la raison personnelle qui conduit à formuler cette demande. Pour vous aider dans cette démarche, la CNIL propose un courrier type de demande de suppression.

6
Prendre exemple sur la Vierge Marie, une influenceuse hors pair

La Vierge Marie, cette « jeune de Nazareth, n’allait pas sur les réseaux sociaux à l’époque. Elle n’était pas une influenceuse, mais sans le demander ni le rechercher, elle est devenue la femme qui a le plus influencé l’Histoire », a souligné le pape François en janvier dernier à Panama devant les 600.000 jeunes rassemblés à l’occasion des JMJ. Le Pape exhorte ainsi les jeunes à être des « influenceurs », à la manière de Marie, c’est-à-dire en répondant à la loi de l’amour. « Seul l’amour nous rend plus humains, plus complets, tout le reste c’est bon, mais vide », a conclu le souverain pontife.

Lire aussi : Et si les parents s’unissaient pour dire non au smartphone ?

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]