Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les aumôniers militaires sont les « garants » du droit humanitaire international, assure le Pape

Pape François
Partager

« Les ministres du Christ dans le monde militaire sont également les ministres de l’homme et de ses droits fondamentaux », a confié le pape François le 31 octobre 2019 lors d’une audience avec des aumôniers militaires catholiques au Vatican. Ces derniers sont réunis depuis le 29 octobre à Rome à l’occasion d’une formation sur le droit humanitaire international.

S’exprimant ce matin dans le cadre du cinquième congrès international des aumôniers militaires catholiques à Rome, le Pape a rappelé le rôle des aumôniers dans la défense des droits fondamentaux de l’homme.  

Les personnes privées de liberté dans le contexte de conflits armés sont « vulnérables », a souligné le pontife argentin : leur condition de détention est « aggravée » par le simple fait de se trouver dans les mains des forces combattantes adverses. Il n’est pas rare que les détenus soient victimes de violations de leurs droits fondamentaux, « notamment d’abus, de violence et de diverses formes de torture et de traitements cruels, inhumains et dégradants ».

Lire aussi : Marie-Armande et Valence, mariés et aumôniers militaires

Face à cela et pour protéger la dignité des détenus, il convient d’opposer le droit international humanitaire, a exhorté le pape François. Avec son « fondement éthique » et « l’importance cruciale » de ses normes pour la sauvegarde de la dignité humaine, ce droit doit être rigoureusement respecté et appliqué. Les aumôniers militaires, garants du droit humanitaire international, doivent s’engager à ce que celui ci soit « accueilli dans le cœur » des individus, a-t-il soutenu.

Appelé à « ouvrir les consciences »

« Les ministres du Christ dans le monde militaire sont également les ministres de l’homme et de ses droits fondamentaux », a insisté le chef de l’Église catholique. Il s’agit pour ces aumôniers d’aider les militaires à « identifier » les éléments pouvant devenir « un pont et une plate-forme de rencontre avec tous ». Ils sont ainsi appelés à « ouvrir les consciences » notamment des militaires « à cette charité universelle qui rapproche l’homme de l’homme, quelle que soit sa race, sa nationalité, sa culture ou sa religion ».

Lire aussi : Un militaire au combat peut-il concilier foi et vocation de soldat ?

« Combien de civils font l’objet d’enlèvements, de disparitions forcées et de meurtres, a par ailleurs déploré le successeur de Pierre. Parmi eux, il y a aussi de nombreux religieux, dont on n’a plus de nouvelles ou qui ont payé de leur vie leur consécration à Dieu et au service du peuple, sans préférences ni préjugés de drapeaux et de nationalités ». Il a assuré prier pour toutes ces personnes et pour leurs familles, afin qu’elles puissent toujours avoir le courage d’aller de l’avant et de ne pas perdre l’espérance. 

Ces saints patrons qui veillent sur les armées :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]