Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Codex Vaticanus longtemps gardé secret, désormais accessible à tous

VATICAN LIBRARY
© M.MIGLIORATO I CPP I CIRIC
La Salle Sixtine de la Bibliothèque apostolique vaticane.
Partager

La bibliothèque apostolique du Vatican, l’une des plus importantes bibliothèques du monde, a mis en ligne les joyaux de sa collection de manuscrits. Parmi eux, le célèbre Codex Vaticanus gardé secret pendant des siècles.

Jalousement conservé pendant des centaines d’années et inaccessible pendant des siècles même aux éminents chercheurs, le Codex Vaticanus, plus ancien manuscrit connu de l’Ancien et du Nouveau Testament, daté du IVᵉ siècle, est désormais consultable en ligne par tous les curieux et les chercheurs de Dieu. Grâce à une nouvelle plateforme spécialisée dans la numérisation, ce document recensé depuis 1475 dans la bibliothèque des papes est désormais à portée de clics, quelques années après sa numérisation pour les chercheurs. Annoncée le 17 octobre, cette mise en ligne est le fruit de trois ans de recherches et d’expérimentation, en collaboration avec l’Université de Stanford, comme le rapporte Vatican News. Concrètement, la nouvelle plateforme propose des outils d’analyse de contenu, ainsi qu’un classement thématique des livres. Il s’agit au total de 244 manuscrits et de plus de 26.000 annotations telles que des transcriptions, des commentaires, des analyses comparatives de textes et d’images.

Un trésor gardé secret

Le Codex Vaticanus est l’un des plus grands trésors écrits au monde. Composé de 759 feuilles, ce document sur vélin (plus fin que le parchemin ordinaire) est en écriture grecque onciale écrites sur trois colonnes. Ce trésor constitue le plus ancien manuscrit connu qui transmette le texte presque complet de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Lire aussi : Carton plein pour la Bible en manga

Cependant ce joyaux inestimable est resté caché au cœur du Vatican pendant des centaines d’années. Il était même inaccessible aux exégètes les plus éminents. Il a fallu attendre 1809 pour qu’il soit exposé à Paris, du temps du pape Pie VII. Lors du Concile Vatican II, un fac-similé complet du Nouveau Testament a été publié, tandis que celui de tout le manuscrit a été rendu accessible seulement à l’aube du troisième millénaire.

Codex Vaticanus
Public domain

Un document biblique majeur

Sa mise en ligne est une bonne nouvelle pour les traducteurs et les biblistes dont la difficulté consiste à trouver des manuscrits qui transmettent de manière fiable les écrits originaux. Au fil des siècles, des erreurs de copistes se sont glissées dans le texte de la Bible. On imagine l’impatience des spécialistes à l’idée de pouvoir enfin se pencher sur le Codex Vaticanus, un manuscrit en langue grecque qui remonte au IVe siècle… autrement dit moins de 300 ans après la fin de la rédaction de la Bible elle-même !

Selon l’ouvrage de référence The Oxford Illustrated History of the Bible, le plus ancien manuscrit de la Bible « témoigne d’une grande cohérence orthographique et d’une copie méticuleuse, d’où la qualité du texte reproduit, fruit d’une tradition experte en matière de copie. »

En images : les plus belles bibliothèques monastiques au monde
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]