Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« L’Église n’est pas une forteresse mais une tente ouverte à tous »

Partager

Le pape François a poursuivi son enseignement sur les Actes des Apôtres lors de l’audience générale ce 23 octobre 2019, place Saint-Pierre. Il a insisté sur la nature de l’Église : être « toujours ouverte ». 

« Renforcer le désir de communion » : c’est l’exhortation que le pape François a faite à tous les chrétiens ce mercredi 23 octobre 2019, lors de sa traditionnelle audience générale, place Saint-Pierre. « Quand je vois une église, dans cette ville ou dans l’autre diocèse d’où je viens, avec les portes fermées, c’est un mauvais signal », a-t-il affirmé, avant de poursuivre son enseignement sur les Actes des Apôtres.

Le passage commenté par le souverain Pontife raconte le premier voyage missionnaire de saint Paul auprès des peuples païens. Bien loin d’une « forteresse », l’Église apparaît ici dans sa vraie « nature » : telle une « tente capable de s’élargir ». Mais cette ouverture soulève certaines questions et crée la controverse : comment la Loi de Moïse peut-elle être appliquée à ces populations païennes ?

A travers le Concile de Jérusalem, tenu en l’an 48 et interrogeant le rite de la circoncision, les disciples affirmeront finalement que Jésus sauve « par sa grâce ». En ce sens, le désir de « la responsabilité de la communion » au sein de l’Eglise doit ainsi être renforcé chez tous les chrétiens, et tout particulièrement chez les prêtres et évêques, a demandé le Souverain pontife. Cela signifie que l’Eglise doit garder ses « portes ouvertes » afin que n’importe qui puisse y entrer, poussé par l’Esprit-Saint, a-t-il encore exhorté.

A l’image de ce premier concile de l’histoire, la ”méthode ecclésiale” de résolution des conflits suppose un dialogue fondé sur une écoute « patiente » tout comme un discernement effectué à la lumière de l’Esprit-Saint. « Propre » de la synodalité, cette attitude peut permettre de surmonter « les tensions et fermetures », a affirmé le pape. Cet événement montre ainsi comment les divergences peuvent être résolues : en recherchant « la vérité dans la charité ».

Jean Paul II, ”maître de foi et de vie évangélique”

Après sa catéchèse, l’évêque de Rome a salué les pèlerins présents place Saint-Pierre. En se tournant vers les francophones, il a appelé les fidèles à vivre entre eux l’écoute et le dialogue afin de témoigner de la « fécondité » de l’Eglise. Celle-ci est appelée à être mère « d’une multitude de fils », a-t-il considéré. De nombreux groupes français étaient présents à cette audience : le diocèse de Coutances accompagné de leur évêque, Mgr Laurent Le Boulc’h, les directeurs de l’enseignement catholique de Vendée accompagnés de Mgr François Jacolin, évêque de Luçon, ou encore des lycéens du diocèse de Saint-E tienne et leur évêque Mgr Sylvain Bataille.

Lire aussi : Mais pourquoi le Pape nous invite tous à nous rendre à Lourdes ?

Devant les pèlerins germanophones, le pontife argentin a rappelé la tenue du Mois missionnaire extraordinaire se déroulant ce mois-ci. A l’occasion de ce temps particulier pour les catholiques, il a souhaité que les fidèles puissent « ouvrir les portes de l’Evangile à tous les peuples ». Il s’agit selon lui de demeurer des témoins « authentiques » de l’amour divin.

En saluant les fidèles polonais, le pape argentin a évoqué la figure du cardinal Adam Kozłowiecki. Prisonnier dans un camp de concentration durant la Seconde Guerre mondiale, celui-ci a passé la seconde partie de sa vie en Afrique comme missionnaire à témoigner l’Evangile. « Avec courage », il a annoncé le Christ et s’est battu pour la dignité des droits des populations en Zambie. Actuellement, une exposition se tient à l’Université pontificale grégorienne sur ce Polonais.

A la fin de l’audience, le Souverain pontife a également rappelé la fête de saint Jean Paul II (1978-2005), célébrée la veille. Il a encouragé la foule à imiter ce « maître de foi et de vie évangélique ». Celui-ci a été selon lui un exemple d’amour du Christ et des hommes.

Lire aussi : Pape François : Comment nous comportons-nous « avec ceux qui ne sont pas chrétiens ? »

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]