Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 15 avril |
Saint Patern de Vannes
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

RDC : l’Église en première ligne dans la lutte anti-corruption

CONGO PROTEST

© AP Photo - John Bompengo

Manifestation à Kinshasa contre le refus du président Joseph Kabila de se retirer du pouvoir, en janvier 2018.

Timothée Dhellemmes - publié le 20/10/19

Le mouvement d’église Comité laïc de coordination appelle les Congolais à manifester contre la corruption ce lundi 20 octobre. Le manque de transparence gangrène la République démocratique du Congo depuis de nombreuses années. Il refait surface avec l’affaire dite "des 15 millions".

C’est le premier grand dossier de corruption présumée de l’ère Félix Tshisekedi. Le Comité laïc de coordination (CLC), un mouvement de fidèles laïcs proche de la Conférence épiscopale nationale de la République démocratique du Congo (RDC), redescend dans les rues de Kinshasa ce lundi 20 octobre pour dénoncer la corruption. Déjà en 2018, il avait pris la tête de la contestation contre le président déchu Joseph Kabila. Depuis le mois de juillet dernier et la publication d’une enquête de l’Inspection générale des Finances, c’est son successeur Félix Tshisekedi qui est affaibli. Il aurait autorisé le versement litigieux de 15 millions d’euros vers un compte inconnu, alors que l’argent revient au Trésor public. Il ne s’agit pas d’un “détournement d’argent”, mais simplement d’”une affaire de rétrocommission”, s’est défendu Félix Tshisekedi. Pas convaincu par ces explications, le CLC demande la suspension des personnes impliquées dans ce détournement présumé. Le mouvement a également réitéré son appel à la démission de tous les juges de la Cour constitutionnelle, “afin de permettre à cette haute institution de se tourner vers sa renaissance avec une nouvelle équipe des juges compétents, dignes et intègres”.


mgr ambongo rdc aed

Lire aussi :
En RDC, « l’Église accompagne l’espérance du peuple »

Une élection contestée

Encore récemment, Félix Tshisekedi clamait sa volonté de changer “les mentalités” contre la corruption, sans “règlement de compte” et sans “fouiner” dans le passé des responsables encore aux commandes. Il gouverne le pays avec son prédécesseur et ancien ennemi Joseph Kabila, qui a conservé une vaste majorité au Parlement. Dans un entretien à Aleteia au mois de mars 2019, l’archevêque de Kinshasa et désormais cardinal, Mgr Fridolin Ambongo, regrettait que l’élection de Félix Tshisekedi ne reflète pas totalement “la volonté du peuple”. Il faisait référence aux résultats contestés de l’élection présidentielle de janvier 2019, alors que l’Église catholique ainsi qu’une une mission d’observation électorale avaient reconnu le candidat Martin Fayulu vainqueur. “Cette première alternance politique pour le pays va malgré tout dans la bonne direction”, reconnaissait Mgr Ambongo. Interrogé par Aleteia, l’abbé Jean-Marie Bomengola, secrétaire de la commission épiscopale de la communication sociale, abonde dans ce sens : “Il faut laisser à Félix Tshisekedi le temps de faire ses preuves. Il a annoncé qu’une instance spéciale pour lutter contre la corruption sera mise en place prochainement. Cela montre qu’il y a quand même quelques efforts qui sont faits”. Après ces annonces, le président congolais va devoir passer aux actes rapidement. Sous peine de raviver la colère d’un peuple exaspéré depuis trop longtemps par un fléau qui touche presque toutes les institutions du pays.


Protest Kinshasa

Lire aussi :
En Afrique, « l’Église catholique se trouve du côté de l’homme »

Tags:
AfriquecorruptionPolitiqueRDC
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement