Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Sheldon Yellen, le patron dont tous les salariés rêvent ?

SHELDON YELLON
Partager

PDG d’une multinationale, Sheldon Yellen a un style de leadership peu conventionnel. Afin d’établir des liens personnels avec ses collègues, il leur écrit des cartes d’anniversaire personnalisées.

Il ne renvoie pas tout à fait l’image traditionnelle d’un PDG de multinationale. Sheldon Yellen est à la tête de Belfor, une entreprise de restauration de biens après sinistre qui compte plus de 9.000 salariés à travers le monde. Cet homme d’affaires américain a une manière bien à lui de prendre soin de ses employés : il leur écrit des mots doux (entendez des petits mots personnalisés). Une habitude qu’il a prise dès son arrivée dans la société, il y a 34 ans, alors qu’il était à un poste plus modeste, en envoyant des cartes d’anniversaire à ceux avec lesquels il travaillait. Grâce à cette initiative, des liens se sont développés entre eux et des amitiés se sont même nouées.

Chaque employé compte

Il ne s’en cache pas, en leur montrant son investissement auprès d’eux, il a pu gagner le respect des membres de son personnel. Toujours en vue d’avoir un cadre de travail agréable et des relations humaines qui ne soient pas basées que sur le travail. « Le pouvoir d’un acte authentique est incroyable et il est perceptible lorsqu’il est réel », affirmait-il lors d’une interview pour Thrive Global.

Plus de trois décennies plus tard, le haut dirigeant de 61 ans n’a rien perdu de cette habitude. Mieux, il l’a même élargie et écrit à l’occasion un petit mot en cas de maladie d’un enfant ou quelques lignes pour remercier un salarié pour telle ou telle chose. Pour lui, chaque employé compte, et cela vaut la peine de le lui écrire de sa main. Il l’exprime en ces termes : « Si nous misons uniquement sur le profit et que nous oublions que l’actif le plus important d’une entreprise, ce sont ses employés, cela finira par étouffer sa croissance ».