Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Élection des délégués de classe : gérer la déception

UPSET STUDENT
Shutterstock
Partager

Campagne, candidats, programme, affiches, bulletin, scrutin, dépouillement… Pourquoi un intérêt soudain pour le débat démocratique dans la bouche de nos enfants ? Parce que l’heure est aux élections des délégués et qu’il s’agit d’un temps fort dans la vie de la classe. Mais les heureux élus n’étant qu’au nombre de deux (plus deux suppléants), arrive nécessairement un moment où certains élèves verront leurs espoirs déçus. Pistes pour relativiser.

La semaine qui précède les vacances de la Toussaint est généralement la période des élections des délégués de classe, dans le primaire et le secondaire. Dans bon nombre d’établissements, il ne s’agit plus de griffonner un prénom à la va-vite sur un petit bout de papier pour élire en cinq minutes un représentant potiche, non, non ! Les candidats sont investis de vraies missions : élaboration d’un programme, campagne électorale en bonne et due forme avec tracts et affiches à l’appui, organisation d’un scrutin uninominal à deux tours… Bref, un vrai exercice de démocratie ayant pour but de désigner les deux porte-paroles de la classe qui, au collège et au lycée, assisteront même aux conseils de classe, d’administration et de discipline. Un réel investissement, une certaine pression, une montée d’adrénaline lors du vote, qui se terminent pour la plupart d’entre eux par une amère déception au moment du dépouillement. Que dire à son enfant pour surmonter ce « revers électoral » ?

Lire aussi : Que dire à un enfant mauvais perdant ?

« Agrandir le terrain de foot », « organiser une sortie au zoo », « maintenir la paix dans l’école », « s’aider les uns les autres sauf pendant les évaluations », voici un extrait des promesses électorales de Paul, 7 ans, élève de CE2 dans une école de la banlieue parisienne. Malgré ce beau programme, il n’a pas été élu. Il faut dire que la concurrence était rude : la moitié des élèves s’étaient portés candidats.

Accueillir sa déception est un excellent premier pas pour le réconforter, plutôt que de l’essuyer distraitement d’un revers de main. « Tu avais préparé un très beau programme, je comprends que tu sois triste », fera une bonne entrée en matière. Essayez ensuite de comprendre d’où vient sa déception. Est-ce qu’il se sent rejeté par ses camarades, malaimé ? Auquel cas vous pouvez le rassurer en soulignant que ce n’est pas parce qu’il n’a pas été élu qu’il n’est pas apprécié. Est-ce qu’il tenait à avoir une responsabilité au sein de sa classe ? En ce cas, insistez sur les autres « responsabilités » dont il peut se saisir dans la classe, sans avoir besoin de programme ou de l’assentiment de quiconque : ne pas laisser un enfant tout seul dans la cour, venir en aide auprès d’un élève en difficulté, veiller sur un plus petit… A-t-il le sentiment de « tout rater tout le temps » ? Soulignez tous ses progrès et toutes ses réussites dans plusieurs domaines, pour le valoriser. Félicitez-le d’avoir eu le courage de se présenter, ce n’est pas donné à tout le monde. Vous pouvez aussi lui raconter un de vos échecs personnels pour lui montrer qu’on ne peut pas gagner ou réussir à tous les coups. Et puis, pas de panique… il ne s’agit pas d’un quinquennat ! Dans 12 mois, il aura une deuxième chance !

Sept manières de dire je t'aime à son enfant :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]