Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Yvelines : un maire ouvertement non croyant se met en quatre pour « ressusciter » un calvaire

© HEV
Boissy-Mauvoisin.
Partager

Bien qu’il se déclare non-croyant, le maire de la commune de Boissy-Mauvoisin (Yvelines) a permis samedi 11 octobre la réhabilitation d’un calvaire de son village. Il souhaitait ainsi honorer une promesse vieille de plus de vingt ans.

Boissy-Mauvoisin, petite commune à une douzaine de kilomètres de Mantes-Jolie (Yvelines) d’environ 600 habitants, a « ressuscité » son calvaire samedi 11 octobre 2019. Cet événement, que rapporte Le Parisien, est l’heureux dénouement d’une histoire vieille d’une vingtaine d’années. À l’époque, en raison de travaux d’élargissement de la route, le calvaire qui s’élançait en bord du champ à la sortie du village depuis le début du XXe siècle avait dû être retiré. Et si les élus avaient alors promis de le remettre en place, c’est le maire actuel, Alain Gagne, qui a finalement honoré cet engagement, lui qui affirme être non-croyant et fait partie de l’association des Libre-penseurs. « Quand je suis arrivé, cela me tenait à cœur. Nous nous y étions engagés donc il fallait aller jusqu’au bout », explique le maire à Aleteia.

Mairie de Boissy-Mauvoisin
Le père Olivier Laroche lors de la bénédiction du calvaire.

L’ancienne croix étant en trop mauvais état, il a fallu en installer une nouvelle. Le plus amusant dans cette histoire, c’est que pour ne pas dépenser l’argent public, le maire lui-même creusé les fondations et construit le socle en pierre de ses mains, tandis qu’un menuisier à la retraite s’occupait de fabriquer la croix en bois. Quant au Christ sur la croix, il a été offert par un conseiller municipal parti en pèlerinage à Lourdes, aujourd’hui décédé.

Un signe concret

« C’est une région où il y a encore beaucoup de calvaires au bord des routes. Cela permet de valoriser un signe de la foi », confie à Aleteia le père Olivier Laroche, curé depuis le la rentrée de la paroisse de Bréval, qui rassemble dix-sept communes, dont Boissy-Mauvoisin. C’est lui qui a béni le calvaire. Témoignage concret de la foi du passé et de celle d’aujourd’hui, cette « résurrection » est un signe fort. « Le maire est un homme généreux et bienveillant. À notre époque où la parole donnée n’a pas toujours de valeur, son geste est un beau témoignage », poursuit le prêtre. Don Camillo et Peppone n’ont qu’à bien se tenir.

En images : Les différentes croix chrétiennes
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]