Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

À Reims, la flamboyante tradition de la Saint-Remi

capture d'écran Twitter / @diocese_Reims
Partager

Chaque année, la messe du premier dimanche d'octobre est prétexte à un évènement singulier dans la basilique de Reims. Après la lecture de l'Évangile, l’évêque allume les 96 bougies de la Couronne de lumière qui évoquent l'âge de saint Remi, patron de la ville de Reims, le jour de sa mort.

C’est un rite à la fois symbolique et spectaculaire : l’allumage en quelques minutes des bougies qui se trouvent sur la « Couronne de lumière » suspendue dans la nef de la basilique de Reims. L’imposant lustre de six mètres de diamètre symbolise la Jérusalem céleste, les douze tribus (les douze tourelles) d’Israël. Les 96 bougies évoquent, elles, le nombre d’années de la vie de saint Remi, évêque de Reims au Ve siècle. Cet événement attire chaque année une foule nombreuse qui assiste à la messe pour l’occasion, notamment des officiels, maires et députés, invités par l’archevêque pour fêter ensemble le grand saint local.  

Si saint Remi est fêté le 15 janvier par le calendrier, il est aussi fêté le 1er octobre au propre du diocèse de Reims en mémoire de la « translation » de ses reliques à l’emplacement où s’élèvera l’actuelle basilique. Une messe en son honneur a lieu chaque premier dimanche du mois d’octobre. Depuis deux ans, cette messe est aussi l’occasion de clôturer une neuvaine qui a été organisée dans tout le diocèse. Durant neuf jours, conférences, soirées de louange et nuits d’adoration se sont succédées dans un esprit d’élan missionnaire. Cette nouvelle dynamique engagée par le diocèse de Reims s’appuie sur un constat : les Français restent très attachés aux grandes traditions populaires où l’on fête par exemple un saint local ou le souvenir d’un vœu de piété. Le succès de la Saint-Remi en est la preuve avec plus de 1.200 personnes présentes ce dimanche 6 octobre dans la basilique. 

L’autre particularité de cette année fut la remise du pallium à Mgr Eric de Moulins-Beaufort, des mains du cardinal André Vingt-Trois. Le pallium est un ornement liturgique remis aux archevêques métropolitains par le Pape à Rome, puis dans le diocèse par un envoyé du Pape. Le cardinal Vingt-Trois, chargé de cette mission, a confié avec émotion que c’est dans cette basilique de Reims qu’il avait reçu son appel à la vocation, il y a 65 ans. 

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]