Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Treize nouveaux cardinaux au profil missionnaire

Partager

Le pape François a présidé samedi 5 octobre un consistoire public ordinaire à la basilique Saint-Pierre. Il a remis la barrette cardinalice à treize prélats qui partagent sa vision d'une Église ouverte au dialogue.

Être conscient de la « compassion » de Dieu pour soi-même est une « exigence essentielle », a affirmé le pape François ce samedi 5 octobre 2019. Il présidait le sixième consistoire de son pontificat. L’Église compte désormais treize cardinaux de plus, dont dix électeurs en cas de conclave.

« Sommes-nous conscients, d’avoir été, nous en premier, objet de la compassion de Dieu ? », a interrogé François en s’adressant tout particulièrement aux cardinaux. Cette conscience est selon lui une « exigence essentielle » car sans elle, il est impossible de comprendre l’amour de Dieu. De cette « conscience vivante », a assuré le successeur de Pierre, les cardinaux — dont la robe rouge signifie la disponibilité à verser leur sang, a-t-il rappelé — pourront tirer la capacité d’être « loy[aux] » à leur ministère.

Barrette, anneau et titre

Après son homélie, le chef de l’Église catholique a nommé chacun des treize nouveaux cardinaux en leur assignant leur titre cardinalice diaconal ou presbytéral. Ceux-ci ont ensuite récité un à un le Credo avant de promettre obéissance et fidélité au souverain pontife et à ses successeurs. Ensuite, ils se sont agenouillés à tour de rôle devant le pontife qui leur a remis la barrette rouge, l’anneau cardinalice et leur titre cardinalice.

Après avoir échangé une accolade avec le pape François, les nouveaux cardinaux ont fait de même avec les autres cardinaux présents. Les fidèles pourront, quant à eux, saluer les nouveaux « princes de l’Église » après la cérémonie, lors des « visites de chaleur » dans le Palais apostolique et la salle Paul VI.

Ouverture et dialogue

Les pays d’origine des nouveaux cardinaux ont envoyé à Rome une délégation officielle pour assister à la cérémonie. Étaient notamment présents dans la basilique Saint-Pierre le grand duc Henri du Luxembourg ; Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo ; ou encore Hilda Patricia Marroquín de Morales, épouse du président guatémaltèque.

Ce consistoire est marqué par la volonté du pape François de façonner une Église ouverte au dialogue, en particulier avec l’islam. Il a ainsi créé cardinal Mgr Miguel Ayuso Guixot, le nouveau président Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Pour ce fin connaisseur de l’islam, ancien missionnaire au Soudan et en Égypte, « le dialogue est une nécessité, pas un choix ». Mgr José Tolentino Mendonça, le nouvel archiviste et désormais cardinal, est lui aussi connu pour sa volonté de dialogue avec la société contemporaine.

En images : le consistoire à la basilique Saint-Pierre au Vatican
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]