Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Shelly-Ann Fraser, légende du 100m : « Ma vie est pleine de bénédictions »

SHELLY FRASER
© Roger Sedres / Shutterstock
Partager

Quatre fois championne du monde, la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser a une nouvelle fois ébouriffé la planète, le 29 septembre dernier, avec un chrono hallucinant. Pour cette athlète discrète, pas de doute, ses talents viennent d’En-haut.

Un pas de plus dans la légende. La Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser a remporté son quatrième titre de championne du monde du 100 mètres en 10’71, dimanche 29 septembre, au cours des championnats du monde d’athlétisme, qui se tiennent actuellement à Doha (Qatar) sous une chaleur écrasante. Moins populaire que son concitoyen Usain Bolt, son palmarès hors du commun — elle cumule deux titres olympiques et quatre titres mondiaux sur 100 mètres — la classe parmi les légendes de la discipline. Surnommée « la fusée de poche » en raison de sa petite taille (elle mesure 1,52 mètre), la jeune femme âgée de 32 ans a eu un parcours parsemé d’obstacles mais d’une richesse incroyable.

« Tu as un talent, tu dois l’utiliser »

Fière de son pays et de sa famille, elle a eu une enfance marquée par la pauvreté et souligne souvent les sacrifices auxquels sa mère a consenti afin que ses frères et elle ne manquent de rien. Elle se souvient aussi des avertissements maternels lui intimant de se tenir à l’écart des gangs. « Tu as un talent, tu dois l’utiliser », lui a également lancé celle qui l’a mise au monde. Une parole forte dont la sprinteuse semble avoir fait son maître-mot, elle qui a travaillé sans relâche pour sortir du lot et déployer ce talent indéniable qu’elle avait reçu.

Lire aussi : Novak Djokovic : « Avant d’être sportif, je suis chrétien »

Elle n’en reste pas moins humaine. Suspendue six mois en 2010 pour avoir consommé un opioïde, la jeune femme a admis son erreur et en a supporté les conséquences. Aujourd’hui, elle continue à faire honneur à son pays et à déployer ses talents qui pour elle viennent de Dieu. Elle en témoigne d’ailleurs sur sa page Facebook lorsqu’elle écrit : « J’ai toujours su que mes talents venaient de Dieu ». Chrétienne, elle s’est discrètement associée à plusieurs projets caritatifs. Mère d’un petit garçon, Zyon, depuis 2017, elle a déclaré après avoir annoncé sa grossesse : « Ma vie est pleine de bénédictions ».

En images : Ces légendes du sport qui rendent grâce après un exploit
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]