Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Jacques Chirac : une messe qui révèle la beauté de la liturgie des obsèques

Mgr Aupetit, archevêque de Paris, encense le cercueil de Jacques Chirac.
Partager

Alors que l’Élysée annonçait un service solennel sans plus de précision, c’est bel et bien une messe qu’a présidé à Saint-Sulpice l’archevêque de Paris, Mgr Aupetit, devant le cercueil de l’ancien président Jacques Chirac et une foule nombreuse de personnalités.

L’Élysée l’avait annoncé sur son site, ce lundi à midi à Saint-Sulpice aurait lieu un « hommage de la Nation à son Président Jacques Chirac » sans apporter d’autres précisions que sa durée qui devait être de 45 minutes. En guise d’hommage, devant 2.000 personnes à l’intérieur de l’église et sans doute autant de badauds à l’extérieur, ce fut bel et bien une messe, très belle, que Mgr Aupetit, archevêque de Paris, a présidé.

Chants magnifiques, lectures adéquates et paroles d’humilité, les obsèques d’une heure et demie resteront un moment important et solennel dans l’hommage de tout un pays. Comme l’a bien précisé Mgr Aupetit qui prie pour ceux qui nous gouvernent.

C’est au son du Requiem de Fauré qu’est monté le cercueil de l’ancien Président de la République. L’assemblée, qui comptait quelque 80 personnalités étrangères, l’intégralité du gouvernement actuel, de très nombreux anciens ministres et les trois anciens Président de la République, a pu écouter tout d’abord un extrait de la lettre de saint Paul à Timothée où l’apôtre encourage les disciples de Jésus à prier pour « les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité ». Puis la chorale de Notre-Dame a chanté le psaume 130 appelé le De Profundis, « Des profondeurs, je crie vers toi, Seigneur / Seigneur, écoute mon appel ! »

Toute personne est appelée à être aimée

La famille de Jacques Chirac avait choisi le chapitre 25 de saint Mathieu comme Évangile, dont cet extrait : « En vérité, je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». Ce qui fait dire à Mgr Aupetit que « c’est en raison de l’étincelle divine qui réside dans notre humanité, que toute personne, du commencement de sa vie à la conception, jusqu’à sa mort naturelle, est appelée à être aimée et respectée ».

Pour conclure son homélie axée sur la fraternité, Mgr Aupetit a tenu à rappeler les propos de Jacques Chirac lors de la visite du Pape Jean Paul II à Notre-Dame de Paris en 1980 : « C’est en ces lieux que la France sent le plus fortement battre son cœur ». Assurément Saint-Sulpice a rempli ce rôle aujourd’hui. Pendant la célébration, il ne fut pas rare de voir couler quelques larmes chez d’anciens ministres mais aussi dans la foule nombreuse sur le parvis, notamment au moment de l’offertoire.

Puis vint le temps de la consécration et de l’Eucharistie. Si les premiers rangs n’ont guère communié, à l’exception de Valéry Giscard d’Estaing, il convient de se rappeler que le Général de Gaulle lui-même, pourtant fidèle chrétien, se l’interdisait lors des cérémonies officielles. Pour conclure cette célébration plus émouvante que protocolaire, le Salve Regina s’est mis à résonner dans l’église Saint-Sulpice avant le rite de l’encens et la bénédiction du cercueil. Après les prêtres célébrants, seul le président Emmanuel Macron s’est approché pour saluer d’un simple geste la dépouille du défunt.

À la sortie du cercueil, porté par les anciens gardes du corps du Président, ce sont essentiellement les rangs du fond qui se signent à son passage, avant que la foule à l’extérieur n’applaudisse. Resté maire de Paris de 1977 à 1995, Jacques Chirac est le premier président français depuis 1936 à être enterré à Paris dans le cimetière du Montparnasse. Il y a retrouvé sa fille Laurence, décédée en 2016.