Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le secret de la joie, du bonheur et de la paix selon sainte Thérèse de Lisieux

Marija Savic/Stocksy United
Partager

« Si toutes les âmes faibles et imparfaites sentaient ce que sent la plus petite de toutes les âmes, l’âme de votre petite Thérèse, pas une seule ne désespérerait. »

Sainte Thérèse est célèbre pour sa « petite voie », un chemin vers la sainteté qui ne repose pas sur de grands faits et gestes mais sur d’ordinaires actes d’amour tout simples. Elle l’évoque dans son autobiographie Histoire d’une âme, dans laquelle elle dévoile également le secret de la joie, du bonheur et de la paix, si difficile à saisir pour tant d’entre nous.

La vie de Thérèse est émaillée de souffrances, comme la mort de sa mère alors qu’elle est encore petite ou son difficile combat contre la tuberculose. Mais la toute jeune carmélite découvre une « voie cachée », une voie permettant de connaître une paix durable et préservant son âme de tout désespoir. « Ah ! Si toutes les âmes faibles et imparfaites sentaient ce que sent la plus petite de toutes les âmes, l’âme de votre petite Thérèse, pas une seule ne désespérerait d’arriver au sommet de la montagne de l’amour, puisque Jésus ne demande pas de grandes actions, mais seulement l’abandon et la reconnaissance », écrit-elle ainsi.

Bien que pleinement consciente de la présence du péché dans le monde, son âme n’en demeure pas moins en paix. « Je le sens, quand même j’aurais sur la conscience tous les crimes qui se peuvent commettre, je ne perdrais rien de ma confiance ; j’irais, le cœur brisé de repentir, me jeter dans les bras de mon Sauveur. Je sais qu’il chérit l’enfant prodigue, j’ai entendu ses paroles à sainte Madeleine, à la femme adultère, à la Samaritaine. Non, personne ne pourrait m’effrayer ; car je sais à quoi m’en tenir sur son amour et sa miséricorde. Je sais que toute cette multitude d’offenses s’abîmerait en un clin d’œil, comme une goutte d’eau jetée dans un brasier ardent. »

L’abandon et la reconnaissance… Telles sont, pour Thérèse, les clés d’une paix qui ne finit pas : « Ah ! Je le sens plus que jamais. Jésus est altéré, il ne rencontre que des ingrats et des indifférents parmi les disciples du monde et parmi ses disciples à lui, il trouve, hélas ! Peu de cœurs qui se livrent à lui sans réserve, qui comprennent toute la tendresse de son Amour infini. » La petite Thérèse, elle, faisait partie de ces cœurs qui se livrent entièrement et comprennent l’amour de Dieu, et elle nous indique la voie à suivre.

Alors la prochaine fois que nous sommes tentés par le désespoir, que nous avons l’impression d’être incapables de faire de grandes choses, rappelons-nous ces mots de Thérèse. Abandonnons-nous totalement à Dieu et rendons grâce pour tous ses dons dans nos vies. Car c’est ainsi que nous connaîtrons une joie et une paix inaltérables.

En images : 50 photos exceptionnelles de sainte Thérèse de Lisieux
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]