Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quand Jacques Chirac saluait les racines chrétiennes de la France

Jean Paul II et Jacques Chirac
© DANIEL JANIN / AFP
Jacques Chirac accueille Jean Paul II à Tours en 1996.
Partager

En 1996, alors que le pape Jean Paul II effectue son sixième voyage en France pour commémorer le baptême du roi Clovis, Jacques Chirac salue, dans son allocution de bienvenue, les liens étroits qui existent entre l’Église et la France depuis la conversion du premier roi chrétien.

Le 19 septembre 1996, le président de la République Jacques Chirac accueille à Tours (Indre-et-Loire) le pape Jean Paul II qui entame son sixième voyage en France. Le souverain pontife est venu spécialement en France pour commémorer le quinzième centenaire du baptême de Clovis en 496. Une date clé qui a marqué l’Histoire de France pour des siècles. À cette occasion, Jacques Chirac salue, dans son allocution de bienvenue adressée au pape Jean Paul II, les racines chrétiennes de la France.

« Entouré des évêques de France, vous célébrerez à Reims le 1.500e anniversaire du baptême de Clovis. Vous soulignerez ce que la conversion du roi païen allait signifier dans l’Histoire, scellant l’union des peuples franc et gaulois, et tissant des liens étroits entre l’Église et une France en devenir. Des liens, un enseignement, des valeurs dont notre pays, sa culture, sa civilisation, son identité même se sont nourris au long du temps. Ainsi, la foi chrétienne devait-elle marquer de son empreinte nos comportements, nos structures, nos institutions éducatives, hospitalières, sociales. Nos villes et nos campagnes en portent l’admirable témoignage », déclare-t-il, ajoutant que nombreux sont les citoyens qui se reconnaissent aujourd’hui, encore, dans le message évangélique : « […] la France aussi, vieille nation, façonnée par l’Histoire et par l’Esprit, demeure fière de ses racines. La France, dont tant de filles et de fils se reconnaissent aujourd’hui dans le message évangélique. »

Le Président en profite également pour rappeler l’action quotidienne des catholiques : « En me recevant, vous aviez salué “l’action des fidèles, des communautés, des mouvements et des associations catholiques, au service de la nation, en vue du bien commun, pour plus de justice et de solidarité”. Je souhaitais ici, devant Votre Sainteté, sa délégation et les représentants de l’épiscopat français, en remercier les catholiques de notre pays. »

En prononçant ce discours à Tours, le Président en profite pour rappeler la grandeur de la figure de saint Martin, l’un des pères du monachisme en France qui a marqué à tout jamais de son empreinte les campagnes françaises : « Ici même, à Tours, vous présiderez les cérémonies commémorant le XVIe centenaire de la mort de saint Martin et ouvrirez l’Année martinienne. Martin, qui fut l’un des pères du monachisme d’Occident. Martin, évêque et apôtre des campagnes dont tant de villes et de villages de France portent le nom. Martin, l’homme du manteau partagé, emblème de la charité, de la générosité, de la fraternité chrétiennes qui inspirèrent, au long des siècles, tant de mes compatriotes, de Vincent-de-Paul à Frédéric Ozanam, de Monseigneur Rodhain à Raoul Follereau, de l’abbé Louis Roussel à sœur Emmanuelle. »

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]