Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Jacques Chirac : le salut unanime à un homme « qui aimait les Français »

PATRICK KOVARIK / AFP
Partager

Alors que la France entière s’émeut de la mort de Jacques Chirac, ancien Président de la Ve République, ce jeudi 26 septembre, de nombreuses personnes lui rendent hommage sur les réseaux sociaux, saluant sa personnalité attachante chère au cœur des Français.

À l’annonce de la mort de Jacques Chirac, ancien Président de la République française décédé ce jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans, les réactions se sont multipliées sur les réseaux sociaux. Tous, politiques, hommes d’Église et du monde de la culture, Français « comme tout le monde », saluent la mémoire d’un homme qui, quoi que l’on pense de son bilan politique, restait éminemment sympathique car il avait le goût de la vie et respirait la joie. Beaucoup saluent un amoureux de la France au caractère franchouillard attachant.

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti-Chrétien Démocrate, salue un homme qui n’hésitait pas à lancer « Moi, j’aime bien les gens », quand Xavier Bertrand, président de la région hauts-de-France, rend hommage à un « vrai humaniste, attaché aux gens », qui « aimait les Français ».

Pour sa part, le sénateur Bruno Retailleau publie sur Twitter un texte dans lequel il salue la mémoire d’un homme qui « incarnait la figure française de l’homme politique, à la fois enracinée et universelle, enracinée dans sa Corrèze natale qu’il a aimée […] ; enracinée aussi dans son pays, la France, dont il connaissait sans doute mieux que personne ses paysages et ses visages ». Henri de Beauregard, avocat engagé, salue non sans humour un homme « opportuniste, fier, gourmand, imprudent, séducteur, indépendant… Tellement français ». Jean-Louis Borloo, ancien ministre d’État, parle d’un homme « chaleureux humain et visionnaire ». Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, salue également un homme « qui aimait les gens » et reconnaît également le souci qu’il avait des personnes handicapées.