Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Bénir une ville depuis un avion, est-ce bien sérieux ?

Capture d'écran YouTube
Partager

Des prêtres orthodoxes ont béni leur ville à grands coups d’eau bénite le 11 septembre dernier afin de la délivrer de l’alcoolisme. Une initiative qui détonne.

C’est une bénédiction inattendue qui a eu lieu le 11 septembre dernier au-dessus de Tver, ville située à 180 kilomètres au nord-ouest de Moscou. Depuis 1913, à l’initiative de l’Église orthodoxe, cette journée est dédiée à la sobriété. C’est en effet le jour où les orthodoxes fêtent saint Jean-Baptiste, souvent invoqué, chez les catholiques aussi, pour les questions d’addiction.

Le site d’information locale, Tvernews rapporte que plusieurs membres du clergé, dont le père Alexandre Goryatchev, ainsi qu’un couple guéri de l’alcoolisme, ont embarqué dans un petit avion pour verser de l’eau bénite sur la ville. Il peut être utile de rappeler que le mot « bénir », étymologiquement, signifie « dire du bien ». Dans l’aéronef, on avait embarqué pas moins de 70 litres d’eau bénite et une grande icône de la Vierge dite au « Calice inépuisable ».

Capture d'écran YouTuve / Ulya Ostrovskaya
Le prêtre s'apprête à lancer l'eau bénite sur la ville.

Le geste concret de la bénédiction s’est fait quand l’avion a atteint 200m d’altitude. Elle a été précédée de prières avec la ferme volonté d’en découdre avec l’alcool qui fait des ravages dans cette ville. Si pour certains l’initiative peut prêter à sourire ou prêter le flanc aux critiques, le clergé reste déterminé. « Qu’est ce qui est drôle ? » a lancé le père Alexandre Goryatchev à la presse qui l’interrogeait sur le sérieux de sa démarche. « Est-ce drôle d’essayer d’aider les gens à se débarrasser de leurs addictions ? (…) Laissez-les gens rire, nous, nous faisons notre boulot ». Ce combattant de l’addiction à l’alcool en est convaincu. Cette maladie est pour lui avant tout spirituelle.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]