Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Trois dominicains au casting du film « Jeanne »

web2-jeanne-darc-dumont.jpg
Lise Leplat dans le rôle de Jeanne et frère Benoît Ente, en arrière-plan dans celui de Messire Jean Massieu, l’huissier du procès de Jeanne.
Partager

Retraçant le procès de Jeanne d’Arc à Rouen, le dernier film de Bruno Dumont, sorti en salles ce 11 septembre 2019, compte dans son casting trois dominicains dont frère Benoît Ente, connu dans le milieu catholique pour avoir animé plusieurs retraites en ligne.

Salué par beaucoup comme un film « enthousiasmant, passionnant et singulier », le film Jeanne de Bruno Dumont est en salles depuis le 11 septembre 2019. L’œil attentif du spectateur repérera peut-être trois dominicains parmi les acteurs dont frère Benoît Ente, l’un des animateurs de retraites en ligne, Franck Dubois et Yves Habert.

« Bruno Dumont tenait à faire jouer des acteurs non professionnels qui se rapprochent le plus possible dans leur vie, par leur métier ou leurs études, des personnages du film. Les jurés étaient des universitaires ayant fait des études de théologie. Il a donc cherché des gens formés de la même manière pour jouer ces rôles… et il s’est rendu à l’université catholique de Lille », confie à Aleteia frère Benoît Ente. Quelqu’un lui ayant expliqué que des dominicains étaient présents au procès de Jeanne,  un casting est par la suite organisé chez les dominicains et trois d’entre eux sont retenus. Incarnant Messire Jean Massieu, l’huissier du procès de Jeanne, frère Benoît Ente apparaît à plusieurs reprises lors de ce dernier. « J’ai fait des études dans le cinéma avant d’être dominicain, les films m’ont aidé à me construire », détaille-t-il.

« Réaliser un film c’est un peu comme construire une cathédrale… d’images ! »

« Passer de l’autre côté de la caméra a été une expérience très enrichissante : il y a d’un côté bien sûr l’ensemble des détails techniques comme le réglage de la luminosité pour sculpter un visage. Mais j’ai aussi compris qu’il y avait une véritable communauté qui se créait avec les autres acteurs, les techniciens, les maquilleurs, costumières… ». Il confie : « Chacun apporte sa pierre au service d’une construction plus large qu’est le film. Réaliser un film c’est un peu comme construire une cathédrale… d’images ! ».

Le frère Benoît se souvient particulièrement du jour de la décollation de Jean-Baptiste, seul jour où il n’y avait pas de tournage dans la cathédrale d’Amiens en raison de la présence d’une relique du saint dans l’édifice. « En tant que dominicains nous avons tous les trois participé à la célébration dans la cathédrale. Mais nous avons également averti l’équipe de ce qui se passait et s’ils ne sont pas restés à l’office, plusieurs membres sont passés par curiosité, pour nous saluer… », se rappelle le dominicain.

 

Après Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc, le réalisateur Bruno Dumont revient dans ce film au texte de Charles Péguy. Il a choisi une actrice âgée de dix ans pour incarner le rôle de Jeanne d’Arc. Un pari payant assure notre chroniqueur, François Huguenin : « Choisir une gamine de dix ans pour jouer le rôle de Jeanne à la fin de sa vie est un pari payant, car au fond, qu’est-ce qui peut le plus faire penser à la fronde de Jeanne face à ses juges que le regard qui ne baisse pas les yeux d’une pré-adolescente, encore dans l’innocence de l’enfance, mais déjà projetée vers la femme qu’elle sera en plénitude ? »
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]