Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Quand Christophe Castaner salue la présence d’une asso catho dans les cités

On distingue sur le sweat-shirt blanc du volontaire la devise de l'association « Oser la rencontre, choisir l'espérance »
Partager

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a présenté mardi un nouveau plan antidrogue. Lors d’une visite de terrain à Marseille avec d’autres membres du gouvernement, il a rencontré différentes organisations au service des habitants des quartiers sensibles. Parmi elles, l’association Le Rocher Oasis des Cités.

Un sacré cortège que voilà. Dans le cadre de la réforme de la lutte contre le trafic de stupéfiants que vient de lancer le gouvernement, les ministres Christophe Castaner (Intérieur), Nicole Belloubet (Justice) et Gérald Darmanin (Comptes Publics), ainsi que le secrétaire d’État Laurent Nuñez, se sont rendus mardi 17 septembre 2019 dans le quartier de Campagne-Lévêque, situé dans le nord de Marseille. Un lieu connu pour son important trafic de stupéfiants. Là-bas, l’équipe du gouvernement s’est rendue dans la « Maison pour tous », le centre social du quartier, où elle a rencontré différents acteurs du milieu associatif.

Capture d'écran Twitter
Un volontaire se retourne pour montrer le logo de l'association au ministre de l'Intérieur.

Parmi eux, l’association Le Rocher Oasis des Cités, qui œuvre dans les quartiers populaires sans nier la foi catholique qui fait partie de son identité. Ses membres – salariés et jeunes en service civique – font le choix singulier d’habiter en cité. Un choix motivé par le désir de « partager les joies et les galères des habitants », a souligné Geoffroy Moreau, responsable de l’antenne de Marseille, devant les membres du gouvernement. « Cela nous permet d’être au plus proche des gens […] pour tisser des liens de confiance et de respect mutuel ». La rencontre a manifestement provoqué l’intérêt du ministre. Il s’est non seulement intéressé au logo de l’association qui figure sur le sweat de ses membres mais a aussi partagé ces quelques instants sur les réseaux sociaux.