Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les malades sont les « privilégiés » de l’Église, rappelle le pape François

POPE AUDIENCE JUNE 26; 2019
Partager

Le Christ est présent « d’une manière particulière » dans les malades, a affirmé le pape François lors de l’audience générale donnée ce mercredi 28 août 2019 place Saint-Pierre. Il a ainsi poursuivi son cycle de catéchèses sur les Actes des Apôtres.

Dans le chapitre 5 des Actes des Apôtres, l’évangéliste saint Luc donne à voir une communauté qui croît en nombre, malgré des attaques extérieures. Pour témoigner de cette « vitalité », saint Luc mentionne des lieux importants comme le Portique de Salomon, lieu de guérison. Ce passage (Acte 5, 12-16) insiste notamment sur les « signes » et « prodiges » qui accompagnent la parole des apôtres et leur action envers les malades.

Ils doivent être « au cœur »

En effet, « à leurs yeux comme aux yeux des chrétiens de tous les temps », les malades sont les « destinataires privilégiés » de l’annonce du Royaume et les « privilégiés » de l’Église, a relevé le Pape. Pour les croyants, ils sont « des frères en qui le Christ est présent d’une manière particulière ». À travers leurs larmes, « il y a la présence de Jésus », a-t-il pointé en sortant de son texte. Ainsi, ils ne doivent pas être « jetés » mais au contraire soutenus et rester au cœur de « la préoccupation chrétienne ».

Dans cet extrait, à l’image du Christ, Pierre passe parmi les malades, avec des mots mais également par « sa présence corporelle ». Ainsi, le corps des croyants n’est pas « un accessoire étranger à la vie de foi », mais est fait pour vivre « la communion avec Dieu », a encore rappelé le pontife argentin.

Lire aussi : La fragilité : un chemin spirituel

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]