Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Benoît XVI alerte sur le danger de mettre Dieu en marge de la théologie

Donatella Giagnori / EIDON /REPORTER
Partager

Le pape émérite a publié le 27 août une courte note dans laquelle il commente les critiques concernant son document sur la genèse des scandales d’abus sexuels au sein de l’Église. Il remarque que dans la majorité de ces réactions, « Dieu n’y apparaît pas du tout ».

« D’après ce que je vois, Dieu n’apparaît pas du tout dans la plupart des réactions à mon texte, ce qui veut dire qu’on ne touche pas à la question essentielle du problème des abus », a-t-il regretté dans une note publiée dans l’édition de septembre 2019 du mensuel allemand Herder Korrespondenz, rapportée le 27 août par l’agence de presse italienne ACI Stampa. Pourtant, selon Benoît XVI, son document plaçait Dieu « au centre de la question ».

Lire aussi : Document : l’intégralité du texte du pape émérite Benoît XVI sur les abus sexuels

En avril dernier, avec l’accord de François, le pape émérite a en effet publié une longue tribune, dans la revue du clergé bavarois Klerusblatt, sur la question des abus sexuels et plus largement sur la crise de la foi dans l’Église. Il s’agit de l’un des textes les plus marquants livrés par Benoît XVI depuis sa renonciation au pontificat. Il souhaitait alors réagir à la crise des abus sexuels dans l’Église et ainsi « contribuer » à son « nouveau départ ». Selon lui, les scandales des abus ont pris une telle ampleur en raison de « l’absence de Dieu » qui est permise par une théologie catholique qui n’assume plus de mission d’enseignement moral face à une société en pleine destruction des normes.

Dans son court texte publié dans Herder Korrespondenz, le pape allemand vient d’apporter sa réponse à une recension de son document publiée dans l’édition de juillet du même mensuel. En effet, relève-t-il, le mot Dieu n’apparaît pas dans cette recension, ce qui montre « gravité de la situation où le mot Dieu semble être marginalisé dans la théologie. »

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]