Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’une des plus anciennes routes de pèlerinage bientôt au Patrimoine mondial ?

VIA FRANCIGENA
Partager

La Via Francigena, qui relie depuis le Moyen Âge la ville de Canterbury (Angleterre) à celle de Rome (Italie) en passant par la France et la Suisse, connaît un succès croissant auprès des pèlerins depuis plusieurs années. Un itinéraire de choix qui pourrait bientôt être reconnu au Patrimoine mondial de l’Humanité.

Elle reste moins connue que les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle mais sa fréquentation, en hausse constante depuis plusieurs années, fait d’elle l’une des routes les plus privilégiées par les pèlerins qui souhaitent se rendre à Rome afin de se recueillir sur le tombeau de saint Pierre et saint Paul.

L’un des plus anciens pèlerinages d’Europe

La Via Francigena, qui relie Canterbury à Rome depuis le Xe siècle, est l’une des plus anciennes routes de pèlerinage d’Europe. Tombée en désuétude au XVIIe siècle, elle a repris des galons dans les années 1990 grâce à la volonté du gouvernement italien de relancer ce pèlerinage culturelle et spirituelle millénaire. En 2004, le Conseil de l’Europe l’a d’ailleurs élevé au rang « d’Itinéraire culturel européen ».

VIA FRANCIGENA
Visit Tuscany-(CC BY 2.0)

Aujourd’hui, l’Italie veut aller plus loin dans sa reconnaissance et souhaite inscrire la Via Francigena sur la prestigieuse liste du Patrimoine mondial de l’Humanité (Unesco). Une ambition qui ne pourra aboutir que grâce à une étroite collaboration entre les pays traversés par la célèbre route. En 2017, un premier accord a été signé en Italie par les sept régions traversées par la route, qui ont, en 2018, présentées à la Commission nationale italienne pour l’Unesco la « Via Francigena italienne » en accord avec le ministère de la Culture italien. La voie a ainsi intégré, le 24 janvier 2019, la liste italienne des propositions nationales pour le patrimoine mondial.

L’idéal serait que les pays voisins (Angleterre, France et Suisse) entament le même processus que l’Italie afin que la Via Francigena soit reconnue à l’échelle européenne. Des contacts avec les institutions étrangères auraient déjà été entrepris dans ce sens. L’objectif : présenter une candidature officielle auprès de l’Unesco d’ici l’horizon 2020.

VIA FRANCIGENA
Luca Casartelli-(CC-BY-SA-2.0)

Tous les chemins mènent à Rome

Comptabilisant 1.700 kilomètres, la Via Francigena doit sa naissance à l’archevêque de Canterbury Sigéric qui, en 990, se rend à Rome pour recevoir du pape Jean XV le pallium. Sur le chemin du retour, l’archevêque répertorie les 79 localités où il fait étape avant de rejoindre ses terres en Angleterre. En tout, il aura traversé 48 villes en Italie, 7 en Suisse et 24 en France. Avec les routes menant à Jérusalem et Saint-Jacques-de-Compostelle, la Via Francigena faisait partie des plus grands pèlerinages chrétiens du Moyen Âge. En 2016, 40.000 marcheurs ont emprunté cette route pour se rendre à Rome.

En images : ces hauts lieux de pèlerinage en Italie
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]