Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Majesté et magnanimité : la Madone de la clémence

BASILICA OF SANTA MARIA
Public Domain
Façade de la basilique de Sainte-Marie-du-Trastévère.
Partager

CES IMAGES MARIALES DE ROME (2/5) Rome est connue des pèlerins du monde entier pour le Vatican et pour ses nombreuses églises baroque. Ce qui est moins connu, c’est que nombre d’entre elles abritent des images mariales, particulièrement vénérées par les habitants de la Ville éternelle. Découvrez aujourd’hui la Madone de la clémence. On la sait aimante, protectrice et pleine de grâce, la Sainte Vierge est aussi clémente. Il suffit de se rendre à Rome, en l’église Sainte-Marie-du-Trastévère pour s’en apercevoir.

Dans une chapelle latérale, propice au recueillement, on peut se retrouver nez-à-nez avec la Madone de la clémence. Au milieu de cette pièce haute de plafond, remplie de fresques racontant sa vie, repose une très ancienne icône de la Vierge entourée de deux anges et tenant son Fils sur ses genoux. Son doux sourire, son regard plein de compassion et de magnanimité ne peuvent laisser indifférents ceux qui la contemplent.
À la fois mystérieuse et réconfortante, la Madone de la clémence est une représentation exceptionnelle de la Vierge. Appelée également Theotokos — celle qui a enfanté de Dieu — elle est représentée vêtue en reine, auréolée et siégeant sur un trône central de part et d’autre duquel se tiennent deux anges.

Madonne de la clemence
Public domain
La Madone de la clémence.

Un autre personnage est agenouillé, peut-être le pape Jean VII (705-707), touchant les souliers rouges de la Vierge. Selon certains, ce serait en effet ce souverain pontife — le 86e — éloquent, érudit et particulièrement sensible aux arts, qui aurait commandé et offert cette œuvre à la dévotion des fidèles.

D’Orient et d’Occident

Cette icône, l’une des plus anciennes d’Italie, a été restaurée dans les années 1950. Elle est depuis lors également considérée comme l’une des œuvres les plus anciennes et les plus précieuses de l’Occident chrétien. Les restaurateurs se sont accordés à dire qu’elle aurait été réalisée entre le VIe et le IXe siècle, sans pouvoir toutefois identifier son lieu d’origine dans la mesure où elle possède des caractéristiques d’Orient, comme d’Occident.

Elle ne tient pas seulement son nom de son expression pleine de compassion mais aussi du miracle qui lui a été attribué. Selon la tradition, cette icône a été portée en procession dans les rues de Rome lors d’une terrible sécheresse. Après l’avoir déposée dans la basilique, les fidèles réunis par milliers auraient observé des nuages se former brusquement avant qu’une puissante averse ne soit miraculeusement déclenchée.

Les plus anciennes représentations de la Vierge Marie :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]