Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La vocation dominicaine : prêcher comme des mendiants

Dominicains
NT
Frères Nicolas Tixier (à gauche) et Olivier de Saint Martin, nouveaux prieurs des dominicains de France.
Partager

À la lumière de la vie de saint Dominique, fêté le 8 août, la vocation dominicaine apparaît comme un appel à annoncer l’Évangile à un monde qui l’ignore, voire le refuse, à travers une vie vraiment évangélique qui se nourrit de pauvreté, de prière et de contemplation.

L’ordre dominicain a fêté en 2015 le huit-centième anniversaire de sa fondation. L’événement fut l’occasion pour les frères prêcheurs, les moniales contemplatives, les sœurs apostoliques et les fraternités laïques qui le composent, de se rappeler et de se réapproprier plus profondément la vocation de leur fondateur et de la faire connaître.

Prier, prêcher, mendier

Contrairement à l’idée que l’on se fait habituellement du dominicain, saint Dominique n’a été ni un brillant prédicateur, ni un profond théologien : sa seule force était le Seigneur. La vocation dominicaine est certes capable de développer ces dimensions, comme d’autres grandes figures de son ordre devaient le montrer par la suite : saint Vincent Ferrier ou, plus près de nous, le père Lacordaire pour l’art de la prédication, ou bien encore saint Albert le Grand et saint Thomas pour la sagesse théologique. Si saint Dominique a laissé à certains de ses fils de développer ces aspects, c’est que lui-même s’est attaché à mettre en lumière ce qui est déterminant dans la vocation dominicaine et qui passe d’abord et avant tout par la confiance en Dieu.

Il a reçu sa vocation en traversant le sud de la France et en cherchant à répondre à l’hérésie cathare qui ravageait ce début du XIIIe siècle, par la prédication de modestes sermons expliquant l’Évangile, par la prière et en mendiant son pain quotidien.

Une Église défaillante

À l’époque de Dominique, l’Église était gravement défaillante dans sa mission évangélisatrice. Des populations entières avaient, en effet, basculé dans une doctrine gnostique qui voyait dans toute la création matérielle, y compris dans la procréation, l’œuvre du diable. Si elles en étaient venues là, c’était par un sombre désespoir par rapport au monde tel qu’il allait et donc aussi par rapport à l’Église dans son incarnation humaine. Celle-ci en effet était gravement défaillante dans sa mission évangélisatrice : d’une part l’Évangile n’était plus prêché, ni par des évêques devenus des seigneurs féodaux, ni par des prêtres trop mal formés, mais surtout il ne l’était pas par des hommes évangéliques qui sachent l’annoncer de manière crédible. Aussi, à côté des cathares, d’autres laïcs, souvent des hommes sincèrement évangéliques, s’autoproclamaient prédicateurs populaires sans aucune mission d’Église, faisant perdre du même coup aux chrétiens le sens du ministère apostolique.

Persuader par la seule prédication

Saint Dominique n’a pas voulu d’autre moyen de persuasion que la prédication de l’Évangile. Au moment où même les moines cisterciens, qui avaient été ses premiers compagnons dans cette mission, baissaient les bras face à l’apostasie de toute la région de l’Albigeois et où la chrétienté se décidait à réprimer celle-ci par une croisade, saint Dominique est resté seul pour tenter de prêcher de manière crédible le Christ et son Église. À la différence des évêques féodaux et des moines aux riches abbayes, il l’a fait en pauvre, mendiant son pain quotidien auprès de ceux-là mêmes auxquels il s’adressait, c’est-à-dire en devenant humblement dépendant d’eux pour sa subsistance. De la même manière, il n’a voulu d’autre moyen de persuasion que la prédication de l’Évangile, en de modestes sermons sur les places et en des dialogues publics, s’exposant sans défense aux agressions des hérétiques.

Il passait ses nuits en prière

Il passait ses nuits en prière, à supplier pour la conversion des pécheurs. Toute sa vie et toute sa vocation rappellent le cœur de la vocation dominicaine qui dit le primat de la vie intérieure et de la contemplation, si indispensables pour prêcher le Christ de manière vraiment crédible à travers une vie vraiment évangélique.

Sa seule force, c’était le Seigneur lui-même, car « il ne parlait que de Dieu ou avec Dieu », passant ses nuits en prière. En même temps, sa compassion le portait vers les hommes égarés par le mal et l’hérésie, pour lesquels il priait dans les larmes en disant : « Seigneur, ma miséricorde, que vont devenir les pécheurs ! ». Cette sollicitude apostolique, il devait l’étendre après la fondation des frères prêcheurs à Toulouse en 1216.

Appelés à prêcher le Christ dans l’humilité

À la lumière de la vocation de saint Dominique, la vocation dominicaine apparaît comme un appel à annoncer l’Évangile à un monde qui l’ignore voire le refuse, à travers une vie évangélique. À la suite de leur fondateur, les dominicains doivent s’exposer aux hommes de leur temps, devant qui ils doivent se présenter non en les surplombant de leur prestige, mais comme des mendiants. Or ils ne peuvent le faire qu’à partir de la « cellule intérieure », comme disait sainte Catherine de Sienne, docteur de leur ordre. Et cette cellule intérieure est le cœur même du Dieu miséricordieux, ce Dieu en qui les dominicains doivent demeurer par leur vie intérieure. Tant mieux si, en plus, ils mettent au service de l’Évangile leur science théologique ou leurs dons pour la communication. À condition toutefois que ceux-ci ne soient pas cultivés au détriment de ce qui, pour saint Dominique, était le cœur de sa vocation : prêcher le Christ dans l’humilité par une vie vraiment évangélique.

En images : reconnaîtres l'habit des moines
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]