Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconSpiritualité
line break icon

Bestiaire de la Bible : le renard, instrument inattendu de Dieu

Renard

Fred de Noyelle / Godong | Ref:246

Mosaïque, Notre-Dame de Fourvière, Lyon

Philippe-Emmanuel Krautter - Publié le 06/08/19

Associé au chacal par les israélites, le renard s’est très tôt fait connaître pour sa ruse et son aptitude à la rapine. Autant dire que son image n’est pas la plus reluisante dans la Bible. Pourtant, curieusement, le renard prendra une place importante dans le bestiaire biblique au Moyen Âge, notamment dans les enluminures des bréviaires ; une imagerie qui demeurera présente jusqu’à nos jours. Mais, si la crainte et la ruse confèrent au renard une image négative qui le fait comparer aux faux prophètes, sa réputation se retournera cependant parfois plus favorablement en en faisant un instrument de Dieu.

Bien que notre époque distingue parfaitement ces deux animaux que sont le chacal et le renard, les israélites avaient quant à eux recours au même mot pour les désigner, ce qui ne facilite pas leur différenciation dans les écrits bibliques. Et pourtant ces deux canidés, s’ils se ressemblent, ont cependant des traits bien distinctifs. Le renard est de plus petite taille, plus roux et plus solitaire alors que le chacal vit en groupe, ce dernier ayant une queue plus longue, une robe plus claire et un cri, qui plus est, très caractéristique. Mais tous deux sont à la fois craintifs et prédateurs, notamment de volailles. C’est cet instinct de prédateur qui leur a donné très tôt une si mauvaise réputation dans la Bible. Devant user de ruse pour parvenir à leur proie, leur intelligence est souvent qualifiée de fourberie et sera largement dénoncée dans les sources bibliques.

L’Ancien Testament et le renard

Le prophète Ézéchiel illustre parfaitement cette mauvaise réputation de l’animal lorsqu’il affirme sans détour : « Des chacals dans des ruines, tels furent tes prophètes, Israël », entendant explicitement que ces derniers n’avaient pas mené le juste combat pour édifier la maison d’Israël, mais avaient vécu de manière retorse et fourbe tels des renards. Le Cantique des Cantiques, quant à lui, les décrit comme ravageant les vignes d’Israël, une métaphore claire sur ceux qui ne suivent pas le Seigneur et ne respectent pas sa vigne : « Attrapez-nous ces renards, ces petits renards qui ravagent les vignes, car nos vignes sont en fleurs ! ». L’Ancien Testament rapporte également un curieux épisode lorsque Samson dans sa lutte contre les Philistins décide d’attraper « trois cents renards, prit des torches et, mettant les renards queue contre queue, il plaça une torche entre les deux queues, au milieu. Puis il mit le feu aux torches et lâcha les renards dans les blés mûrs des Philistins ; il incendia aussi bien les meules que les épis, et même les vignes et les oliviers ». Bien que quelque peu cruel et surprenant, ce récit fait ainsi du renard, bien malgré lui, usant de ses défauts, un instrument privilégié de la vengeance divine et rappelle ainsi que la ruse peut aussi se retourner contre celui qui en use…


Abeille

Lire aussi :
Le Bestiaire de la Bible : l’abeille, synonyme de vertu et d’abondance

Le renard jugé par Jésus

L’Évangile de Luc nous rapporte les paroles directes de Jésus sur Hérode, des paroles inhabituellement dures dans sa bouche. Alors que des pharisiens viennent avertir Jésus qu’Hérode souhaite sa mort et qu’il devrait s’éloigner, Jésus répond abruptement : « Allez dire à ce renard : voici que j’expulse les démons et je fais des guérisons aujourd’hui et demain, et, le troisième jour, j’arrive au terme ». Le pouvoir temporel n’a pas de force sur le Messie qui doit continuer sa mission et aucun roi, si rusé qu’il soit, ne saura infléchir ce pour quoi il est venu sur terre. Jésus poursuit encore plus clairement sa critique en regrettant, usant de la métaphore de la poule protégeant ses poussins sous son aile, que Jérusalem ne chérisse jamais ses prophètes, mais au contraire, ne les tue. Le Christ aura encore recours à l’image du renard lorsqu’il affirmera: « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête », signifiant là son chemin solitaire de Fils de Dieu.




Lire aussi :
Le bestiaire de la Bible : le loup, un animal à la destinée contrastée

L’apothéose du renard au Moyen Âge

De ces multiples récits bibliques, tant de l’Ancien que du Nouveau Testament, on comprend dès lors pourquoi le bestiaire médiéval réservera une place de choix au renard, surtout à l’époque gothique, où il sera très souvent représenté dans les reliefs ou gargouilles, et surtout dans les enluminures illustrant les manuscrits bibliques. Les commentateurs le décrivent comme la bête la plus fourbe et rusée qui soit, ce qui le rapprochera ainsi du diable. Décidément, le renard n’a pas bonne presse ! Plus cocasse, l’image du renard servira aussi à parodier les clercs lorsque l’animal se met à prêcher la volaille, et même à confesser un lapin, en une critique non dissimulée des abus du pouvoir spirituel. En 1289, Jacquemart Gielée écrit un poème intitulé Renart le Nouvel dans lequel une roue de fortune est représentée et au sommet de laquelle le renard trône avec des supérieurs religieux sous ses ordres, un renversement des valeurs qui sera exploité plus encore lors de la Réforme… L’image biblique négative du renard sera, enfin, largement reprise au fils des siècles dans de nombreux contes ou fables — celles de La Fontaine, n’étant pas en reste. Aujourd’hui encore, nos campagnes et même une partie de la région parisienne ont à se méfier des méfaits de ce rusé animal.

Renard et la cigogne
Public domain
Le renard et la cigogne, Jean-Baptiste Oudry, 1747, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
Tags:
animauxBible
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement