Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 30 novembre |
Saint André
home iconBelles Histoires
line break icon

Élevé par des religieuses, il a accompli son rêve et a pu devenir torero

EL NIÑO DE LA MONJAS

Twitter-maestranzapages

Dolors Massot - Publié le 05/08/19

Aujourd'hui torero en formation, Jordi Pérez a grandi dans la maison San José de Valence (Espagne), où il a été élevé par des religieuses. Grâce à leur soutien, il est allé jusqu'au bout de son rêve d'enfant.

En Espagne, on l’appelle « El niño de las monjas » (« Le fils des religieuses »). S’il est aujourd’hui torero en formation, Jordi Pérez, sorte de Marcelino pan y vino des temps modernes, le doit en partie aux religieuses de la maison San José qui l’ont aidé à aller jusqu’au bout de son rêve. Le blondinet à présent âgé de 18 ans est arrivé dans le centre tenu par les religieuses à l’âge de 11 ans, rejoint par sa fratrie. Ce lieu accueille des enfants qui ne peuvent pas être pris en charge par leurs propres familles.

Des mères de cœur

Sa vocation taurine est née dans sa ville natale de Carlet (située dans la province de Valence), où le propriétaire d’un atelier de mécanique lui lançait affectueusement : « Tu dois être torero ». Alors que les sœurs avaient inscrit l’adolescent turbulent à des cours de rugby, lui ne jurait que par la corrida. Sa détermination a néanmoins porté ses fruits et ce sont finalement les religieuses elles-mêmes qui ont emmené leur jeune protégé à l’école de tauromachie de Valence. Encouragé par son tuteur et ses mères de cœur, il a pu mener son projet à terme.

Twitter / maestranzapages

Les religieuses au milieu des gradins encouragent « leur fils ».

Aujourd’hui, il rêve de prendre son alternative — cérémonie au cours de laquelle le novillado devient matador de toros — et les monjas sont ses plus grands supportrices, présentes jusque dans l’arène pour l’admirer manier la muleta. Mère Elisa, la directrice du foyer, n’hésite d’ailleurs pas à attraper une aiguille pour lui coudre un habit de lumière plus beau que jamais. Une famille pour le moins inattendue mais aimante. Jordi Pérez sera-t-il le prochain El Cordobés ? On l’espère. Olé !




Lire aussi :
Une famille « un peu tordue » mais heureuse

Tags:
Éducationespagnereligieuses
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
messe avec masques
Agnès Pinard Legry
Les églises sont "des lieux de contamination"...
WEB2-JEAN CASTEX-AFP-000_8VX2FV.jpg
Xavier Patier
Messe à 30 personnes : le mépris, ça suffit !
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : Mgr Aupetit invite ...
Domitille Farret d'Astiès
Après The Voice, les prêtres orthodoxes sorte...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement