Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 26 novembre |
Saint Innocent d'Irkoutsk
home iconAu quotidien
line break icon

Pourquoi dit-on "faire l’école buissonnière" ?

école buissonière

© Monkey Business Images - Shutterstock

Axelle Partaix - Publié le 02/08/19

Notre culture et notre langue française sont fortement influencées par nos racines chrétiennes. Découvrez ces expressions que nous utilisons souvent sans soupçonner qu’elles puisent leur origine dans la tradition religieuse. Aujourd’hui : « faire l’école buissonnière ».

En cette saison estivale, faire l’école buissonnière n’est pas vraiment d’actualité ! Il est amusant de constater l’évolution de cette expression au fil des siècles car si elle signifie aujourd’hui sécher les cours, se promener au lieu d’aller en classe, son sens originel était totalement différent. Il faut remonter au Moyen Âge pour en trouver l’explication. À l’époque, l’éducation est assurée par l’Église et destinée essentiellement au recrutement des clercs et des moines. On enseigne aux jeunes élèves, essentiellement issus de familles aisées, « la lecture, le chant des psaumes, la science des comptes et la grammaire. Telle était l’étendue de l’enseignement qui, d’après un concile de 789, devait se donner dans chaque monastère et dans chaque école épiscopale » précise Pierre Philibert Pompée dans son Rapport historique sur les écoles primaires de la ville de Paris*.




Lire aussi :
Pourquoi dit-on « un travail de bénédictin » ?

La capacité de ces écoles se révèle vite insuffisante : « Les écoles étaient encore si rares et l’ignorance si grande que le concile de Tulle, tenu en 859, reconnaissait que le défaut d’écoles avait presque fait perdre l’intelligence des saintes Écritures » indique encore l’auteur. On crée alors dans chaque paroisse, dans chaque quartier, de nouvelles écoles et c’est en cette fin de IXe siècle que s’ouvre à Paris une première école publique, en dehors de la cathédrale et des monastères, accueillant des enfants qui ne se consacreront pas forcément à la vie sacerdotale. Le nombre de ces écoles ne cesse ensuite d’augmenter, on les appelle petites écoles, un nom qu’elles conserveront jusqu’à la Révolution Française où elles deviendront les écoles primaires ou élémentaires.

Un pouvoir absolu

À Paris, une grande partie des petites écoles est sous la responsabilité du chantre de Notre-Dame de Paris. Ce chanoine, haut dignitaire du chapitre désigné le plus souvent par l’évêque, préside au chant dans les églises cathédrales et dans les collégiales. Il est aussi chargé de la direction des écoles épiscopales, abbatiales et des petites écoles : il fixe le nombre d’écoles, le  nombre d’élèves, nomme les enseignants, s’assure que les règles de vie et le contenu de l’enseignement sont respectés… Dans son Rapport historique, Pierre Philibert Pompée n’hésite pas à parler de « pouvoir absolu » ou « souverain » exercé par le chantre sur les petites écoles. Il est notamment imposé aux maîtres et maîtresses un impôt correspondant au cinquantième de leur revenu.




Lire aussi :
Pourquoi dit-on « se faire l’avocat du diable » ?

Pour contourner cette taxe, certains d’entre eux se mettent à enseigner en cachette, dans des lieux secrets ou écartés, dans les champs, les forêts ou… les buissons, et l’on commence à parler d’écoles buissonnières.

Se cacher pour enseigner et pouvoir étudier

Au XVIe siècle, l’apparition et le développement du protestantisme bouleversent l’Europe. En France, des dispositions sont adoptées pour essayer de contrôler son expansion, elles sont « de nature à maintenir le clergé dans sa prérogative scolaire et à empêcher les nouveaux religionnaires de propager leurs doctrines au moyen des écoles qu’ils s’efforçaient d’ouvrir » explique Pierre Philibert Pompée. Elles obligent notamment les familles protestantes à envoyer leurs enfants au catéchisme catholique jusqu’à l’âge de 14 ans. Menacés « de mort, de galère, de confiscation, de prison et d’amende », les disciples de Luther sont contraints de se cacher pour prêcher, enseigner et pratiquer la nouvelle religion.  Comme les maîtres des petites écoles voulant échapper à la redevance ecclésiastique, ils créent alors des écoles clandestines cachées dans la nature que l’on appelle des buissonnières. Se cacher pour enseigner et pouvoir étudier … l’école buissonnière a bien changé depuis le XVIe siècle !


STRESS

Lire aussi :
Pourquoi dit-on « c’est la croix et la bannière  » ?


Rapport historique sur les écoles primaires de la ville de Paris, depuis leur origine jusqu’à la loi du 28 juin 1833, précédé d’un coup d’œil sur l’état de l’instruction primaire en France avant 1789, Paris, 1839.

Tags:
BibleÉducationexpressions
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
La rédaction d'Aleteia
Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
WEB2-EVACUATION-CAMP-MIGRANT-AFP-080_HL_NCOISSAC_1277288.jpg
Mgr Benoist de Sinety
Si toutes les vies se valent…
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement