Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

La justice demande la réintégration de l’instituteur qui avait évoqué la Bible en classe

SCHOOL HAND
Philippe Lissac I Godong
Partager

Sanctionné par sa hiérarchie en juin 2017 pour avoir lu en classe à ses élèves de CM1 et CM2 des extraits de textes religieux, l’instituteur Matthieu Faucher doit être réintégré, a jugé le tribunal administratif de Limoges.

Enseignant à Malicornay, petit village de l’Indre, Matthieu Faucher a vu son quotidien basculer du jour au lendemain en juin 2017, à la suite d’une lettre anonyme dénonçant un « Cas de prosélytisme (sic) religieux à l’école de Malicornay ». Dans le cadre d’un projet sur les « mythes et légendes » recommandé dans les programmes, l’instituteur, qui se présente lui-même comme « ni croyant ni pratiquant », a donné à étudier à ses élèves une dizaine de textes extraits de la Bible. Il n’en fallait guère plus pour que sa hiérarchie et la commission disciplinaire en charge de son dossier y voit une compromission de « la neutralité à laquelle est astreint le professeur ». La sanction tombe : d’abord interdit d’enseigner, il est ensuite muté d’office pour « faute grave professionnelle ».

Une sanction jugée « disproportionnée »

L’enseignant avait déposé un recours pour faire annuler cette mutation disciplinaire. Lors de l’audience du 10 juillet 2019, le rapporteur public a estimé que la sanction était disproportionnée. Dans son arrêt, le tribunal administratif de Limoges, suivant l’avis du rapporteur, a enjoint la rectrice de l’académie d’Orléans-Tours à réintégrer Matthieu Faucher à l’école élémentaire de Malicornay.

« Une décision en demi-teinte », a confié son avocat, Me Jean-Raphaël Mongis. « On continue à soutenir qu’il n’y a aucune faute ». Si l’administration dispose d’un délai de deux mois pour mettre cette décision à exécution, la rectrice peut de son côté interjeter appel jusqu’à mi-septembre.