Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Mans et Paderborn, une amitié vieille de douze siècles

Alain Le Bot / Photononstop
Partager

Depuis un don de relique au IXe siècle, le diocèse du Mans et de Paderborn (Allemagne) entretiennent une amitié multi-séculaire. Elle perdure encore aujourd'hui.

Il est fréquent pour un automobiliste qui entre dans une ville de lire sous le panneau d’entrée qu’elle est jumelée avec tel autre cité située parfois à des centaines voire des milliers de kilomètres de là. Mais savez-vous à quand remonte le plus ancien jumelage d’Europe ? Pour cela, il faut faire un bond de douze siècles en arrière. Nous sommes au IXe siècle. Louis le Pieux, empereur d’Occident et fils de Charlemagne, vient de nommer comme évêques deux de ses amis saxons. Aldric est envoyé au Mans et Badurad dans le jeune diocèse de Paderborn (au nord-ouest de l’actuelle Allemagne). Les deux prélats font connaissance en 836, lors du synode d’Aix-la-Chapelle, et décident de se serrer les coudes. Aldric accepte d’aider Badurad à évangéliser son territoire et s’engage pour cela à lui faire don des reliques de saint Liboire, le quatrième évêque du Mans. Aussitôt dit, aussitôt fait : les reliques partent en expédition chez les Germains.

Un « pacte d’éternelle fraternité »

Ce voyage de presque de 900 kilomètres permet aux deux villes de conclure un « pacte d’éternelle fraternité ». Il s’agit du premier jumelage officiel en Europe. Dans les cathédrales du Mans et de Paderborn, plusieurs vitraux évoquent ce voyage qui n’a rien d’un banal trajet Blablacar. Au-delà de la dimension religieuse, les deux diocèses ont formalisé une obligation d’assistance mutuelle en cas de danger. De plus, évêques et clergé sont invités à se rendre dans leurs diocèses respectifs à l’occasion des fêtes de leurs saints patrons. Saint Julien, patron du Mans, est fêté le 27 janvier, tandis que la « Liborifest », à Paderborn, a lieu le le 23 juillet.

Cette amitié perdure au fil des siècles. Ainsi, au cours de la Révolution française, Paderborn a accueilli Mgr Jouffroy-Gonsans, évêque du Mans, qui finira sa vie là-bas, ainsi que plusieurs ecclésiastiques français. Et malgré les conflits de 1870, 1914 et 1939 qui ont opposé leurs pays, l’amitié entre les deux diocèses a réussi à se prolonger. La « Fraternité Sacerdotale Saint-Liboire », créée en 1960, rassemble ainsi des prêtres, des diacres et des laïcs des deux diocèses amis. Le but ? Faire perdurer ce lien multi-séculaire. Depuis 1967, un jumelage « civil » entre les deux villes est venu s’ajouter au jumelage religieux.

La ville de Paderborn, en Allemagne.

Aujourd’hui encore, les fidèles des deux diocèses se rendent visite chaque année et les initiatives fleurissent. En juillet 2017, un groupe de jeunes du Mans est ainsi parti direction l’Allemagne… à bicyclette. Près de 1.000 kilomètres dans les pattes en mémoire d’une promesse vieille de douze siècles, cela force l’admiration. Et cette année encore, un groupe de pèlerins du Mans s’est déplacé jusqu’à Paderborn.

En images : Ces saints patrons des pays européens
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]