Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Au Tchad, le succès des banques de céréales

Pixabay
Champ d'arachides au Tchad.
Partager

Pour faire face à la sécheresse et à la spéculation du marché des céréales, plusieurs banques alimentaires se sont développées au Tchad. Une solution concrète pour lutter contre la famine et la paupérisation de la population.

Sorgho, mil, millet… Si les noms de ces céréales ne vous évoquent rien, ils constituent la base alimentaire de millions de personnes à travers le monde. Au Tchad, le père Franco Martellozzo, jésuite italien et missionnaire en Afrique depuis plus de cinquante ans, a eu l’idée de mettre en place une banque au format un peu particulier. Exit billets et autres pièces d’or, place aux céréales.

À l’origine de cette idée, un constat. Au Tchad, c’est une agriculture de subsistance qui prédomine. L’année se découpe en deux saisons : la saison dite « agricole » d’avril à septembre durant laquelle les paysans peuvent cultiver la terre et au cours de laquelle il pleut suffisamment, et l’autre saison, d’octobre à mars, la saison sèche durant laquelle les paysans consomment la récolte passée et prépare la récolte à venir.

« Tous les agriculteurs vendent une partie de leur millet au moment de la récolte pour disposer d’un peu de liquidités pour d’autres besoins », a expliqué à l’agence Fides le père Franco Martellozzo. « Cependant, si tous vendent au même moment les prix baissent. Les commerçants en revanche, achètent, stockent et attendent que les réserves de millet et de sorgo des paysans diminuent. Cela a lieu au cours de la période dite de soudure, celle de la saison des pluies, lorsqu’il faut travailler en vue de la nouvelle récolte et que les stocks sont réduits au minimum. Presque tous achètent à ce moment-là ». Cette hausse de la demande entraine mathématiquement une hausse des prix obligeant les paysans à vendre leur charrue ou leur bétail. Ils entrent ainsi dans un cercle vicieux de dettes et de crédits.

En 1994, « l’Église a commencé à réfléchir aux instruments à mettre en œuvre pour sortir de ce cercle vicieux de faim et de spéculation sur les céréales », rapporte encore l’agence Fides. « On s’aperçut – indique le jésuite – que la distribution des vivres résolvait le problème de manière temporaire mais inspirait un sentiment de déresponsabilisation. De là l’idée de construire un entrepôt où conserver une réserve de millet qui aurait ensuite pu être donné en prêt au cours de la période de soudure. Les propositions furent acceptées et le dépôt devint une véritable Banque des céréales ».

Concrètement, les banques de céréales prêtent des céréales à leurs membres au début de la saison des pluies. Ces derniers remboursent après les récoltes avec un intérêt correspondant à quelques kilos de céréales. Actuellement plus de 310 banques de céréales sont recensés dans le pays. « La conséquence la plus importante est la presque totale élimination des usuriers », explique à Fides le prêtre. « Maintenant, chaque paysan travaille sa terre et a retrouvé sa liberté ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]