Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Vous ne devinerez jamais l’origine du mot lavabo

Lavabo
Sutulo - Pixabay
Partager

Notre culture et notre langue française sont fortement influencées par nos racines chrétiennes. Découvrez ces expressions que nous utilisons souvent sans soupçonner qu’elles puisent leur origine dans la tradition religieuse. Aujourd’hui : « un lavabo ».

Si certains mots ou certaines expressions ne laissent aucun doute quant à leur origine religieuse (faire des messes basses, un travail de bénédictin…), pour d’autres, c’est beaucoup moins évident. Ainsi, vous seriez-vous doutés que le lavabo devant lequel vous passez chaque jour un certain temps, voire un temps certain, tirait son nom d’un rituel effectué par le prêtre au cours de la messe ?

Au début de la liturgie eucharistique, au moment de la présentation des dons, le prêtre se lave les mains sur le côté de l’autel avec un peu d’eau et les essuie avec un linge liturgique (le manuterge). Il prononce en même temps quelques paroles. C’est ce rite que l’on appelle le « lavabo » car il fait référence aux paroles du Psaume 25 : « Je lave mes mains en signe d’innocence pour approcher de ton autel, Seigneur » (Ps 25:6) qui sont traduites du latin Lavabo inter innocentes manus meas et circumdabo altare tuum Domine. Dans ce verset, lavabo est le futur du verbe latin lavare qui a donné « laver » en français. Ce geste a une grande portée spirituelle. Les mains marquent les actions et, comme l’explique le missel romain, les laver exprime symboliquement le désir de purification intérieure.

Un rite qui n’a pas de fonction hygiénique

Dans son ouvrage Les racines juives de la messe (Éditions de l’Emmanuel, 2015), le père Jean-Baptiste Nadler revient sur l’origine du rituel : « Le rite du lavabo n’a pas une fonction hygiénique. Chez les Juifs, il est d’usage, avant de manger son pain de verser de l’eau sur ses mains en récitant une prière de bénédiction. […] Le commandement des mayim richonim prescrit cette purification des mains avant de prononcer la bénédiction sur le pain et de le rompre. » C’est aussi ce que rapporte saint Marc dans son évangile : Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens (Mc 7, 3).

Depuis le concile Vatican II et la réforme liturgique, c’est un autre verset que prononce le prêtre, issu du Psaume 50 ou Miserere, grand psaume de la miséricorde : « Lave-moi de mes fautes Seigneur, purifie-moi de mon péché ». Ce rituel a néanmoins gardé le nom de Lavabo. Ce n’est qu’à partir du XIXe siècle que le mot a servi à désigner le meuble de toilette avec une cuvette enfoncée où de l’eau coulait afin de se laver puis, la cuvette elle-même. Alors la prochaine fois que vous vous brosserez les dents, peut-être considérerez-vous votre lavabo d’un œil différent !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]