Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 05 décembre |
Saint Gérald
home iconPerles du Web
line break icon

Quand Johnny Clegg, le "zoulou blanc", et Nelson Mandela chantaient la paix

Capture d'écran YouTube

Johnny Clegg et Nelson Mandela en 1997 à Francfort

Sarah Choteau - Publié le 17/07/19

Le chanteur Johnny Clegg est décédé ce mardi 16 juillet des suites d'un cancer. Il avait 66 ans. Surnommé le "zoulou blanc", il était un fervent défenseur de la culture africaine et véhiculait un message de paix, notamment au travers de sa chanson la plus célèbre, Asimbonanga. En 1997, alors qu'il chante son titre sur une scène de Francfort, Nelson Mandela le rejoint par surprise. Une image qui incarne encore aujourd'hui le combat pour la paix.

Asimbonanga signifie « Nous ne l’avons pas vu » en zoulou. Cette chanson, celle du répertoire de Johnny Clegg la plus connue du grand public, est sans doute aussi la plus symbolique. Nous sommes en Afrique du Sud, en 1987. Nelson Mandela est incarcéré depuis 25 ans à Robben Island. Johnny Clegg écrit alors « Asimbonanga », qui deviendra en quelque sorte l’hymne de la libération du futur président sud-africain. Le gouvernement de l’époque censure cette chanson, au motif que le nom de Mandela ne doit pas être prononcé dans le pays, ni même sa personne évoquée. En 1997, tandis que Johnny Clegg chante son titre sur une scène de Francfort, Nelson Mandela le rejoint par surprise.

https://twitter.com/ZukxDaKid/status/1151188835625263105

Mêlant le zoulou et l’anglais, le titre Asimbonanga, interprété par un groupe composé de personnes noires et de personnes blanches, demeure un symbole de paix, de lutte contre l’apartheid. Ou quand la musique permet de créer des ponts entre les pays et les hommes.

Tags:
Afriquechanteurnelson mandela
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
La rédaction d'Aleteia
Benoît XVI : "Le Seigneur m’a retiré la parol...
EMMANUEL MACRON
Henri Quantin
Les catholiques sont des "citoyens exemplaire...
groupe de louange
La rédaction d'Aleteia
Humour : et vous, "parlez-vous le catholique"...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement