Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 22 février |
Bienheureuse Isabelle de France
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

La leçon de courage des carmélites de Compiègne

BLESSED CHARLOTTE OF THE RESURRECTION

John Salmon CC

Vitrail représentant le martyr des religieuses dans l'église Notre-Dame du Mont-Carmel de Quidenham (Angleterre).

Rachel Molinatti - publié le 16/07/19 - mis à jour le 09/07/23

Fêtées le 17 juillet, bienheureuse Charlotte et ses compagnes, les carmélites martyres de Compiègne, ont été guillotinées le 17 juillet 1794, à la fin de la « Grande Terreur », terrible période de la Révolution française.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour que Aleteia reste gratuit et faire rayonner l’espérance qui est en vous,
Faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec réduction fiscale)

L’écrivain Georges Bernanos magnifie leur sacrifice dans son œuvre Dialogues des Carmélites, précédé par Gertrud von Le Fort qui le racontait dans La dernière à l’échafaud. Nous sommes en 1792, au cœur de la Révolution française. Les ordres religieux contemplatifs sont menacés de mort. Les carmélites de Compiègne, mises en péril par les révolutionnaires, sont expulsées de leur couvent en septembre.

Jusqu’à leur mort, près de deux ans plus tard, elles réciteront quotidiennement un acte de consécration à l’intention de l’Église et de la France. Mère Thérèse de saint-Augustin, prieure de la communauté, en a en effet reçu l’inspiration « pour que cette divine Paix que son cher Fils était venu apporter au monde fût rendue à l’Église et à l’État ». Bien que n’habitant plus en communauté (elles étaient hébergées dans des maisons voisines), les sœurs prient à cette intention jusqu’à leur mort.

Des pistes de danse à l’échafaud

Parmi les religieuses, bienheureuse Charlotte. Elle est entrée au carmel de Compiègne à l’âge de 21 ans après une jeunesse agitée. Orpheline de père, elle avait mal vécu le remariage de sa mère et se soustrayait à l’autorité familiale à travers les loisirs. On dit qu’elle aimait la danse de façon démesurée. Une fois entrée au carmel, elle met du temps à prononcer ses vœux définitifs, ce qui montre un cheminement spirituel compliqué qui ne l’empêche pas de s’investir dans ses différentes fonctions d’infirmière puis de peintre du couvent.

Au début de la Révolution, elle a 74 ans. Doyenne du couvent, elle doit marcher avec une béquille. Le 23 juin 1794, au moment de la Grande Terreur, elle est arrêtée avec ses sœurs. Elles sont jugées à la hâte, condamnées puis guillotinées le 17 juillet 1794 sur l’actuelle place de la Nation.

Qui sont les onze saintes carmélites ?

Tags:
carmelitesFranceMartyrsReligieuxRévolution française
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement