Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 28 novembre |
Sainte Catherine Labouré
home iconSpiritualité
line break icon

La leçon de courage des carmélites de Compiègne

BLESSED CHARLOTTE OF THE RESURRECTION

John Salmon CC

Vitrail représentant le martyr des religieuses dans l'église Notre-Dame du Mont-Carmel de Quidenham (Angleterre).

Rachel Molinatti - Publié le 16/07/19

Fêtées le 17 juillet, bienheureuse Charlotte et ses compagnes, les carmélites martyres de Compiègne, ont été guillotinées le 17 juillet 1794, à la fin de la « Grande Terreur », terrible période de la Révolution française.

L’écrivain Georges Bernanos magnifie leur sacrifice dans son œuvre Dialogues des Carmélites, précédé par Gertrud von Le Fort qui le racontait dans La dernière à l’échafaud. Nous sommes en 1792, au cœur de la Révolution française. Les ordres religieux contemplatifs sont menacés de mort. Les carmélites de Compiègne, mises en péril par les révolutionnaires, sont expulsées de leur couvent en septembre. Jusqu’à leur mort, près de deux ans plus tard, elles réciteront quotidiennement un acte de consécration à l’intention de l’Église et de la France. Mère Thérèse de saint-Augustin, prieure de la communauté, en a en effet reçu l’inspiration « pour que cette divine Paix que son cher Fils était venu apporter au monde fût rendue à l’Église et à l’État ». Bien que n’habitant plus en communauté (elles étaient hébergées dans des maisons voisines), les sœurs prient à cette intention jusqu’à leur mort.




Lire aussi :
Les bienheureuses martyres d’Orange, un épisode tragique de la Révolution

Des pistes de danse à l’échafaud

Parmi les religieuses, bienheureuse Charlotte. Elle est entrée au carmel de Compiègne à l’âge de 21 ans après une jeunesse agitée. Orpheline de père, elle avait mal vécu le remariage de sa mère et se soustrayait à l’autorité familiale à travers les loisirs. On dit qu’elle aimait la danse de façon démesurée. Une fois entrée au carmel, elle met du temps à prononcer ses vœux définitifs, ce qui montre un cheminement spirituel compliqué qui ne l’empêche pas de s’investir dans ses différentes fonctions d’infirmière puis de peintre du couvent. Au début de la Révolution, elle a 74 ans. Doyenne du couvent, elle doit marcher avec une béquille. Le 23 juin 1794, au moment de la Grande Terreur, elle est arrêtée avec ses sœurs. Elles sont jugées à la hâte, condamnées puis guillotinées le 17 juillet 1794 sur l’actuelle place de la Nation.

En images : Les pires supplices des saints
Tags:
carmelitesFrancemartyrsreligieusesrévolution
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement