Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 01 décembre |
Saint Eloi
home iconAu quotidien
line break icon

Trois écueils à éviter face à un couple en espérance d’enfant

MOTHER IN LAW

Fizkes - Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 09/07/19

Les proches d’un couple en espérance d’enfant se sentent parfois démunis pour aborder un sujet qui pourtant leur tient à cœur. Ils cèdent parfois à la facilité en donnant des conseils en tout genre ou en posant des questions indiscrètes, alors que leurs interlocuteurs souhaitent tout simplement être écoutés.

« Il faut bien l’avouer, le médecin homéo-paléonto-acupuncturo-sismologue-marabout-magnétiseur super-spécialisé, le régime alimentaire miracle, la déco Feng Shui qui change tout, nous n’en avons pas besoin. Pas plus que du récit entendu mille fois du couple qui n’avait pas d’enfant et qui, le jour même où il a entamé une procédure d’adoption, a attendu un bébé », assure énergiquement Olivier Mathonat, adjoint au directeur des études à l’Ircom, dans son lumineux témoignage Attendre et espérer, Itinéraire d’un couple sans enfant (Éditions de l’Emmanuel). Alors que dire ? Aleteia est allé à sa rencontre afin de recueillir les attentes de ces couples éprouvés par « cette absence qui devient trop présente ».

Trois écueils à éviter

Pour Olivier Mathonat, le premier piège consiste à vouloir absolument connaître toutes les raisons de cette situation, et notamment les éventuelles causes médicales, qui engendrent assurément des questions indiscrètes et blessantes. « Ce n’est pas parce que nous abordons un sujet intime comme l’est celui de l’infertilité que cela nous oblige à tout dévoiler de notre intimité », souligne-t-il. Le deuxième écueil est celui de proposer des solutions : contacter tel médecin, modifier son mode de vie, accomplir telle démarche… Si ces conseils donnent une certaine contenance, un prétexte pour aborder le sujet, ils n’en demeurent pas moins superflus et parfois blessants. « Lorsque la famille et les amis d’un couple commencent à se demander si l’absence d’enfant ne le ferait pas souffrir, la souffrance est souvent vive depuis déjà plusieurs mois », remarque-t-il. Sans compter qu’il n’existe pas de méthode miracle qui marcherait pour tous. C’est une erreur de croire que ce qui a « marché » pour un couple marchera pour un autre. Le troisième piège est de nier tout bonnement la situation avec des remarques comme : « arrête d’y penser », « ce n’est pas grave, cela va bien venir ». Une manière de refuser de voir la souffrance de l’autre, et de l’évacuer d’un seul mot.

Une invitation à plus de profondeur

Pour autant, il ne faut pas croire que ces couples en souffrance ne veulent pas aborder le sujet. Mais ils seraient reconnaissants si leur entourage l’abordait avec davantage d’empathie et de profondeur. Pour cela, Olivier Mathonat invite les proches à venir rejoindre l’autre là où il en est « maintenant », à dépasser leurs premières réactions pour aller chercher ce que vit vraiment la personne, à faire preuve d’une écoute et d’une disponibilité plus attentives que « y a qu’à faut que ». « Nous avons besoin d’être écoutés plus que d’entendre des recommandations sur ce que nous devons faire, qui nous devons voir, comment nous devons nous y prendre. Rien n’est plus précieux pour nous qu’une oreille attentive, la délicatesse d’un ‘Je pense bien à vous’, ou ‘de quoi avez-vous besoin ?’ ».




Lire aussi :
« Donne-moi des fils ou je meurs », le roman qui brise le tabou des fausses couches

Sans pour autant que cela ne devienne l’unique sujet de conversation. Ne réduisons pas un couple en espérance d’enfant à cette seule attente. « Nous avons besoin d’être écoutés sans jugement, ni conseil, de sentir que ce que nous faisons intéresse toujours ceux que nous aimons, même si nos vies deviennent différentes », précise Olivier Mathonat.

@Editions de l'Emmanuel

Attendre et espérer, Itinéraire d’un couple sans enfant, Olivier Mathonat, Editions de l’Emmanuel, mai 2019, 16 €

Tags:
CoupleEnfants
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
messe avec masques
Agnès Pinard Legry
Les églises sont "des lieux de contamination"...
WEB2-JEAN CASTEX-AFP-000_8VX2FV.jpg
Xavier Patier
Messe à 30 personnes : le mépris, ça suffit !
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement