Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

PMA : LREM promet une « liberté de vote » pour ses députés

À gauche Stanislas Guerini, délégué général de La République en marche (LREM).
Partager

Délégué général de LREM, Stanislas Guerini a promis une « liberté de vote » des parlementaires de la majorité présidentielle et aucune « police de la pensée » au moment de l’examen au parlement de la loi autorisant la PMA à toutes les femmes, avait-t-il annoncé mi-juin au micro de Radio Classique. Des propos qui prennent une dimension toute particulière après l’exclusion d’Agnès Thill.

Les députés pourront-ils voter en leur âme et conscience l’ouverture de la Procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules ? Il semblerait que oui : mi-juin, le délégué général de LREM Stanislas Guerini avait ainsi promis une « liberté de vote » des parlementaires de son parti lors des débats et du vote sur l’élargissement de la PMA. Si depuis l’exclusion de la députée LREM Agnès Thill du parti a été prononcée, cette liberté de conscience ne semble pas être remise en question pour ce vote bien particulier.

Lire aussi : Favorable à « la PMA pour toutes » ? Montrez l’exemple en donnant vos gamètes !

L’article 27 de la Constitution précise que « tout mandat impératif est nul » et que « Le droit de vote des membres du Parlement est personnel ». Ceci étant dit le règlement intérieur du groupe LREM, que le site Contexte a publié en juillet 2017, précise dans son article 10 que si « durant les réunions de groupe la liberté d’expression et de vote est garantie à chaque membre ou apparenté », « les membres du groupe s’engagent cependant à respecter la stricte confidentialité des débats qui ont lieu durant les réunions de groupe ». Enfin, « les décisions prises par le groupe s’imposent à l’ensemble des députés membres et, le cas échéant, apparentés du groupe. »

Lire aussi : Bioéthique : les sans-voix de la résistance

« Il y a beaucoup de députés et d’adhérents qui ont des craintes, mais on ne les entend pas », a ainsi confié à 20 minutes Jean-François Mbaye, député du Val-de-Marne. Sur l’extension de la PMA aux femmes seules, Annie Vidal, députée de Seine-Maritime, a également expliquée au journal quelle était « très réservée » : « Cela me gêne de légitimer la création de familles monoparentales, dont les études montrent qu’elles sont plus précaires financièrement, et que l’État cautionne cela. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]