Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Jésus superstar, un nouvel opéra-rock américain le met en scène

Benoit Daoust - Shutterstock
Partager

Neal Morse est un musicien qui multiplie les genres, du rock progressif aux hymnes évangéliques. L’an dernier, il jouait pour la première fois sur scène l’opéra-rock pour lequel il a travaillé pendant dix ans : « Jesus Christ the Exorcist ». L’album est sorti le 14 juin.

Au départ, Neal Morse est intrigué par l’idée de l’un de ses amis. Pourquoi ne pas reprendre l’idée du Jesus Superstar, comédie-musicale des années 1970 d’Andrew Lloyd Webber et Tim Rice adaptée en film ? Dix ans plus tard, en 2018, l’idée a fait son chemin et le musicien réécrit entièrement les morceaux d’une fresque complète, du baptême du Christ à la mort de Judas, en passant par l’évocation de Marie-Madeleine.

Jésus, un exorciste des temps modernes?

Guitares électriques et sonorités rocks vitaminées côtoient le cheminement de la fin de vie du Christ. Entre une composition proche d’une musique de film et une véritable fresque scénique à la gloire du Christ, le résultat est assez étonnant et plaira à ceux qui veulent changer des chants d’église, évangéliques ou catholiques. Neal Morse, musicien légendaire de l’univers du rock progressif et mondialement connu, est un chrétien convaincu qui a déjà produit d’autres albums purement chrétiens.

Produit et composé par le musicien, l’opéra-rock compte un beau casting de chanteurs de talent connus outre-Atlantique comme Ted Leonard, Randy George ou Nick D’Virgilio, et une belle qualité de composition musicale. En tout, ce sont deux heures d’écoute pour ce double album qui compte respectivement 14 et 11 titres. Des paroles de la Bible sont reprises fidèlement, portées par la force incroyable des voix et des guitares. Le sens du titre de l’album fait clairement référence à la dimension du Christ Rédempteur, une petite note rock en plus.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]