Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

L’incroyable découverte qui pourrait sauver l’horloge de Notre-Dame de Paris

Partager

Une horloge quasi identique de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été retrouvée dans une église de la rive droite de la capitale. Une découverte presque fortuite qui relance l’espoir de pouvoir reconstruire ce chef-d’œuvre dévoré par les flammes lors du violent incendie du 15 avril.

C’est sous les cloches de l’église de la Sainte-Trinité à Paris, dans une sombre remise parmi des sculptures et statues abandonnées, que l’horloger Jean-Baptiste Viot découvre en mai dernier une immense horloge alors qu’il réalise un inventaire pour le compte d’experts en objets d’art. Surpris, il se rend compte que le mécanisme de plus de deux mètres de long de l’horloge trouvée à la Sainte-Trinité est exactement le même que celui de l’horloge détruite à Notre-Dame lors de l’incendie du 15 avril. La plaque d’étain ornant l’horloge ne trompe pas : « Année 1867. Construite par Collin ». Soit la même année que celle de Notre-Dame et en plus réalisée par le même atelier.

À moins de quatre kilomètres de la cathédrale Notre-Dame, Jean-Baptiste Viot vient donc de mettre la main sur la sœur-jumelle de l’horloge fondue dans l’incendie. À la différence de la charpente de Notre-Dame, l’horloge n’avait pas été numérisée avant sa destruction. Les plans ayant disparu, aucune indication n’existe donc, sauf des photos, pour guider sa reconstruction.

La découverte de l’horloge jumelle de la Sainte-Trinité est à ce titre un petit miracle. Selon l’expert, elle permet d’avoir une base de travail pour refaire les pièces de celle de la cathédrale. S’il s’agit du même modèle, il y a cependant quelques différences : celle de Notre-Dame était un peu plus élaborée, selon l’horloger.

A voir aussi : dans les coulisses de la première messe célébrée à Notre-Dame de Paris depuis l'incendie :