Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Nicolas Oresme, évêque et premier théoricien de la monnaie

Nicolas Oresme.
Partager

Savant, traducteur d’Aristote, évêque de Lisieux et conseiller de Charles V, Nicolas Oresme a été l’une des figures marquantes du Moyen Âge. Si son nom n’a pas traversé les siècles, il est considéré comme le premier à avoir théorisé la monnaie.

Son nom ne vous évoquera probablement pas grand-chose. Pourtant, ce qu’il a théorisé il y a plusieurs siècles baigne encore notre quotidien. Évêque de Lisieux de 1377 à 1382, Nicolas Oresme a publié aux alentours de 1355 De moneta (Traité des monnaies, ndlr), une véritable petite révolution pour l’époque. Dans ce document le prélat affirme que la monnaie n’est pas la chose du Prince mais « appartient à la communauté et à chacune des personne qui la composent ».

Il s’élève en particulier contre les dévaluations monétaires auxquelles les princes ont souvent recours. Les manipulations monétaires y sont ainsi sévèrement critiquées. En effet, conséquence de cette conception, « le cours et le prix des monnaies doivent être au royaume comme une loi et une ferme ordonnance, qui nullement ne se doit ni muer ni changer ». D’autre part, selon lui, si la mutation monétaire est envisagée, le procédé « n’est pas contre nature ni comparable à l’usure, du moment que ce n’est pas le prince qui le fait mais la communauté même à qui appartient cette monnaie ».

Le règne de Charles V, une relative stabilité monétaire

Publié aux alentours de 1355, ce Traité des monnaies est considéré par beaucoup comme « le premier ouvrage strictement économique de l’histoire ». Et il a été mis en application dans la foulée : le retour d’une relative stabilité monétaire sous le règne de Charles V, dont il fut tour à tour le précepteur et le conseiller, est à mettre à son crédit. « Nous avons, pour donner des conseils à la majesté royale, des hommes illustres et super-illustres, lettrés, sages et savants dont les pensées et les actions sont l’honneur du monde », écrira par la suite le roi pour rendre hommage à ses conseillers.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]