Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 26 novembre |
Saint Innocent d'Irkoutsk
home iconCulture
line break icon

Nicolas Oresme, évêque et premier théoricien de la monnaie

Domaine public

Nicolas Oresme.

Agnès Pinard Legry - Publié le 22/06/19

Savant, traducteur d’Aristote, évêque de Lisieux et conseiller de Charles V, Nicolas Oresme a été l’une des figures marquantes du Moyen Âge. Si son nom n'a pas traversé les siècles, il est considéré comme le premier à avoir théorisé la monnaie.

Son nom ne vous évoquera probablement pas grand-chose. Pourtant, ce qu’il a théorisé il y a plusieurs siècles baigne encore notre quotidien. Évêque de Lisieux de 1377 à 1382, Nicolas Oresme a publié aux alentours de 1355 De moneta (Traité des monnaies, ndlr), une véritable petite révolution pour l’époque. Dans ce document le prélat affirme que la monnaie n’est pas la chose du Prince mais « appartient à la communauté et à chacune des personne qui la composent ».




Lire aussi :
Dans un quartier de Québec, une monnaie locale pour les plus démunis

Il s’élève en particulier contre les dévaluations monétaires auxquelles les princes ont souvent recours. Les manipulations monétaires y sont ainsi sévèrement critiquées. En effet, conséquence de cette conception, « le cours et le prix des monnaies doivent être au royaume comme une loi et une ferme ordonnance, qui nullement ne se doit ni muer ni changer ». D’autre part, selon lui, si la mutation monétaire est envisagée, le procédé « n’est pas contre nature ni comparable à l’usure, du moment que ce n’est pas le prince qui le fait mais la communauté même à qui appartient cette monnaie ».

Le règne de Charles V, une relative stabilité monétaire

Publié aux alentours de 1355, ce Traité des monnaies est considéré par beaucoup comme « le premier ouvrage strictement économique de l’histoire ». Et il a été mis en application dans la foulée : le retour d’une relative stabilité monétaire sous le règne de Charles V, dont il fut tour à tour le précepteur et le conseiller, est à mettre à son crédit. « Nous avons, pour donner des conseils à la majesté royale, des hommes illustres et super-illustres, lettrés, sages et savants dont les pensées et les actions sont l’honneur du monde », écrira par la suite le roi pour rendre hommage à ses conseillers.

Tags:
Economieevequemoyen age
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
La rédaction d'Aleteia
Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
WEB2-EVACUATION-CAMP-MIGRANT-AFP-080_HL_NCOISSAC_1277288.jpg
Mgr Benoist de Sinety
Si toutes les vies se valent…
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement