Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Trésor du grégorien : l’introït « Benedicta sit » de la Sainte Trinité

MOSAIC ARCH
Partager

Les chants de la messe de la Sainte Trinité ne font pas mémoire d’un événement de l’histoire du salut, ils se contentent de répéter indéfiniment la louange de l’Église à Dieu, Père, Fils et Saint Esprit.

En ce premier dimanche après la Pentecôte, l’Église célèbre la fête de la Sainte Trinité, Dieu unique en trois personnes, le Père, le Fils et le Saint Esprit. Pour la première fois depuis le début de l’année liturgique, nous trouvons une fête qui n’a pas pour but de commémorer un événement de l’histoire du salut, mais de nous remettre en mémoire et graver en notre esprit un des dogmes fondamentaux de la foi catholique. C’est seulement à la fin du Moyen Âge que l’Église en a éprouvé le besoin en raison du refroidissement des convictions et de la prolifération des théories hétérodoxes. Cette fête était célébrée en certains lieux dès le Xe siècle, à la suite de révélations privées, mais ce n’est qu’au XIVe siècle qu’elle a été instituée officiellement pour l’Église universelle et fixée au premier dimanche après la Pentecôte.

Exprimer l’inexprimable

L’office de la Sainte Trinité est donc un office composé, et non l’expression spontanée de la prière de l’Église comme pour les messes plus anciennes. Les textes de la messe de la fête de la Sainte Trinité ne constituent pas un exposé théologique du dogme, comme ce sera le cas dimanche suivant pour la fête du Saint Sacrement. Comment exprimer l’inexprimable ? Ils se contentent de répéter indéfiniment notre louange à Dieu, Père, Fils et Saint Esprit. En particulier les chants de la messe disent tous à peu près la même chose et on remarquera que les cinq pièces du propre : Introït, Graduel, Alléluia, Offertoire et Communion commencent toutes par le verbe bénir, benedicere c’est-à-dire : « dire du bien ».

Lire aussi : Trésor du grégorien : l’«Ascendit Deus » ou comment décrire la montée du Christ en gloire

Proclamons sa louange

Voici le texte de l’introït : Benedicta sit Sancta Trinitas, atque indivisa unitas : confitebimur ei quia fecit nobiscum misericordiam suam — « Bénie soit la Sainte Trinité et son indivisible unité ; Proclamons sa louange car elle a exercé envers nous sa miséricorde ».

La mélodie est calquée presque note pour note sur celle de l’introït Invocabit me du premier dimanche de carême, qui est affirmative, pleine d’une assurance paisible et assez solennelle. Le verset est le premier du psaume 8 : Domine Dominus noster : quam admirabile est nomen tuum in universa terra ! « Seigneur notre maître que votre nom est admirable sur toute la terre. »

Lire aussi : Trésor du grégorien : les noces mystiques de sainte Agathe

Ce verset devrait être toujours suivi du Gloria Patri car il convient aujourd’hui plus que jamais.

Una Voce

 

Les plus belles représentations de la Sainte Trinité :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]