Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pour les 24 Heures du Mans, les scouts mettent la gomme

© Diocèse du Mans
Messe des 24 Heures du Mans en 2018.
Partager

Le départ des 24 Heures du Mans sera donné ce samedi 15 juin à 15h. Au cœur de cet évènement festif et sportif, l’Église reste présente.

C’est le rendez-vous annuel des passionnés de sports automobiles. Ce week-end, quelques 250.000 spectateurs vont se masser autour du légendaire circuit sarthois pour la 87e édition des 24 Heures du Mans. Un succès populaire jamais démenti auquel l’Église et les Scouts et Guides de France s’associent de façon singulière. En effet, dimanche, au milieu des vrombissements des Porsche et des Aston Martin, une messe ouverte au public sera célébrée par Mgr Yves Le Saux, évêque du Mans. Plus précisément, dans une petite chapelle située juste à côté du circuit, à deux pas du bien nommé virage de la Chapelle. Cette minuscule chapelle en bois de 5m2 contient deux statues, l’une représentant Notre Dame de la Route, l’autre saint Christophe, patron des automobilistes. Cette tradition de la « messe des 24 Heures » perdure depuis les premières éditions de la célèbre course d’endurance. « Partout où l’humanité est présente, le Christ peut être présent », souligne l’évêque.

Cette messe est animée par les Scouts et Guides de France qui font partie des VIP du sacré circuit. Leur présence remonte à 1955, année noire des 24 Heures où la sortie de route d’un bolide sur la foule avait provoqué la mort de 84 personnes. C’est l’un des drames les plus meurtriers de l’histoire du sport automobile. Ce jour-là, des scouts présents dans le public ont apporté une aide précieuse en participant à l’organisation des secours et en contribuant à l’évacuation des blessés. Depuis, un lien indéfectible s’est créé entre le mouvement et l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) qui organise le championnat.

Les scouts au service

Cette année encore, 250 pionniers et caravelles, âgés de 14 à 17 ans et issus de tout l’Hexagone, seront présents. « Ils portent leur uniforme et participent à différents services », explique à Aleteia Guillaume Brioist, chef du groupe XIVe du Mans. Toujours prêts, les scouts assument différentes fonctions : porte-drapeaux à l’entrée et à la fin des pistes, messagers entre la direction des courses et les différentes écuries, ramasseurs de déchets… Ils sont également chargés de l’accueil des personnes handicapées sur les lieux. Un geste qui a du sens puisque, comme le précise le chef de groupe, « le service est l’un des axes majeurs du scoutisme ».

Lire aussi : Dakar 2019 : Lucas Barron, trisomique, participera à la course

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]