Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

En images : les plus belles représentations de la Sainte Trinité

Icône, dite de la Trinité, Andreï Roublev, 1410 et 1427, galerie Tretiakov de Moscou © Wikimedia Commons. Il s'agit des trois anges apparus à Abraham au chêne de Mambré (Gn 18) que Roublev interprète comme la Trinité. Abraham et Sara ont disparu de la scène. Le peintre se concentre uniquement sur les trois anges. Rassemblés autour d'une coupe, on peut noter leur extrême ressemblance, accentuant la symbolique de Dieu divisé en 3 personnes.
Partager

À l'occasion de la fête de la Sainte Trinité, célébrée le 1er dimanche qui suit la Pentecôte, découvrez comment les peintres ont tenté de représenter ce mystère de Dieu en trois personnes. De la colombe au triangle, en passant par les trois mêmes personnages jusqu’à la compassion du Père, les artistes ont réagi différemment selon les périodes.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Défini par le concile de Nicée en 325, le dogme de la Trinité est le fondement de la religion chrétienne bien qu’il dut attendre longtemps avant de faire l’objet d’une iconographie. La représentation du Mystère apparaît vraisemblablement aux alentours du XIIe siècle. En instituant la fête de la Trinité en 1334 au premier dimanche de Pentecôte, Jean XXII donna également un nouveau élan à cette piété.

Durant le XIIIe et XIVe siècles, les images de Dieu se multiplient et se diversifient selon les régions, les générations mais aussi la liberté des artistes. En France, on trouve plus fréquemment les Trinités verticales appelés « Trônes de grâce ». Elles représentant le Père, debout ou assis, tenant la croix sur laquelle est fixé son Fils. Le Saint-Esprit, sous la forme d’un colombe, est posé sur la croix, sur les jambes du Christ ou vole entre le Père et le Fils, faisant ainsi le lien entre les deux. On trouve également, mais plus rarement, des Trônes de grâce appelés « Pitié de Dieu » : le Père, assis et couvert d’un grand manteau, est coiffé d’une couronne. Il tient son Fils sur ses genoux descendu de la Croix, ce dernier laissant apercevoir la plaie de son côté. À ses côtés se une colombe, ou bien un jeune homme ailé, représente l’Esprit saint.

En images : les plus belles représentations de la Trinité dans l'art

La Trinité se rencontre parfois sous la forme de trois hommes à la physionomie dissemblable ou bien parfaitement identique. On parle alors, pour ce dernier type, de Trinité triandrique. Une iconographie qui a connu son apogée au XVe siècle, surtout en Italie. Au fil des siècles, les représentations « humaines » de la Trinité finissent par disparaître et laissent place au triangle. Le XVIIIe siècle sera véritablement le siècle d’or du triangle, dont la forme symbolise parfaitement le mystère du Dieu trinitaire. On le trouvera sur le fronton des églises, au sommet des retables ou des autels. Orné de rais de lumière, le triangle est souvent entouré de nuages ou de tête d’anges symbolisant la nuée céleste. En son centre, on distingue parfois l’inscription Yahvé ou bien la représentation d’un œil.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]