Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 13 juin |
Saint Antoine de Padoue
home iconPerles du Web
line break icon

Pascal Siakam, vedette de la NBA et… ancien séminariste

SIAKAM

Keith Allison | KeithAllisonPhoto.com

J-P Mauro - Publié le 12/06/19

Pascal Siakam, l'ailier vedette des Raptors de Toronto, a passé plusieurs années au petit séminaire. Un passage bénéfique qui lui a donné de formidables leçons de vie et lui a permis de devenir l'homme qu'il est aujourd'hui.

Il est l’une des étoiles montantes du monde du basket. Pascal Siakam, joueur camerounais des Raptors de Toronto, dispute en ce moment la finale NBA. Brillant, l’ailier de 25 ans est le premier Camerounais à participer à une finale NBA. Or, l’athlète a un passif singulier. En effet, il a passé plusieurs années au séminaire. Ou plus précisément, dans ce que l’on pourrait appeler un « petit séminaire », au St Andrew’s Seminary School de Bafia (situé à 130 kilomètres au nord de Yaoundé, la capitale du Cameroun).

Né dans une famille catholique pratiquante, il y est entré à l’âge de 11 ans, à la suite de ses trois frères aînés, obéissant au souhait de son père de le voir étudier. Plutôt récalcitrant, il a failli en être expulsé plusieurs fois mais a pu rester dans l’institution grâce à ses bons résultats scolaires.

Des valeurs précieuses pour sa vie d’homme

Si ces années au rythme exigeant, mêlant études, services, prière et loisirs, ont parfois été fastidieuses pour lui, il reconnaît pourtant à présent qu’elles ont contribué à façonner l’homme qu’il est devenu. Le petit séminaire lui a donné de précieuses leçons de vie, lui apprenant la discipline personnelle, l’éthique au travail, le travail d’équipe… Le séminaire « m’a aidé à me concentrer et à essayer de m’améliorer, ainsi qu’à travailler dur pour obtenir ce que je voulais », explique-t-il dans un podcast de Woj Pod. Ces précieuses valeurs l’ont ensuite aidé à l’université puis dans le monde du basketball professionnel. Aujourd’hui, lorsqu’il se rend sur le terrain, l’athlète de 2,06 mètres et de 104 kg ne manque pas d’honorer à la fois Dieu et son père, faisant le signe de la croix et montrant le ciel du doigt en guise de dédicace à son paternel (le terrestre). Comme quoi, il a su garder l’essentiel.


SISTER JEAN SCHMIDT,NCAA,BASKETBALL

Lire aussi :
Aux États-Unis, une religieuse de 98 ans fait le buzz sur les terrains de basket

Tags:
basket ballÉtats-Unisseminairesport
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
La plus belle question à poser à votre conjoint le soir en rentra...
2
Domitille Farret d'Astiès
Comment savoir si on est amoureux ? L’explication lumineuse de Mi...
3
WEB2-MAYLINE-MIRACLE-EMMANUEL TRAN
Agnès Pinard Legry
La guérison de Mayline, le miracle attribué à Pauline Jaricot
4
Audrey Lallement
Cécile et François-Paul, un couple à l’épreuve du cancer
5
Padre Pio bedroom
Marzena Devoud
[DIAPO] Pénétrez dans la chambre des grands saints
6
Mathilde de Robien
Ces petites croix qui guérissent et qui sauvent
7
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir pour comprendre la démission (refusée par le...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement