Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment choisir les deuxième et troisième prénoms de ses enfants ?

HANDS, BROTHER, SISTER
Sarahbean | Shutterstock
Partager

Si l’usage veut que des parents donnent plusieurs prénoms à l’enfant qui vient de naître, il n’y a en revanche aucune règle en la matière.

Et si vous donniez du sens aux deuxième et troisième prénoms de vos enfants ? Beaucoup d’enfants portent ainsi le prénom de leur parrain, marraine ou grands-parents, mais de nombreux couples font preuve d’originalité. Tour d’horizon de ces deuxième et troisième prénoms qui sortent de l’ordinaire.

Une tradition familiale

Il est des traditions familiales que l’on est heureux de faire perdurer, et, il faut bien avouer, dont l’oubli ou le mépris feraient bondir grands-mères et arrière-grands-mères. C’est le cas du choix de certains prénoms dans l’état civil des nouveau-nés. L’heureuse élue, en deuxième ou troisième position, est Marie, en l’honneur de la Vierge. En effet, quoi de plus beau que de confier à sa tendresse de mère nos enfants nouveau-nés ? Saint Joseph, pour les garçons, connaît aussi un petit succès auprès des parents soucieux d’honorer le saint patron des pères de famille. En Belgique, saint Ghislain est très prisé, car il est invoqué pour protéger les nourrissons des morts subites, des maladies infantiles et des convulsions.

Une belle cohorte de saints

Accoler d’autres prénoms au prénom usuel permet de placer l’enfant sous le patronage d’autres saints. Ainsi, certains parents choisissent des prénoms en fonction de saints qui leur sont chers. Les deuxièmes prénoms donnés par Raphaëlle sont ceux de grands saints dont ils invoquent spécialement le patronage : sainte Jeanne d’Arc pour leur aînée et saint Michel archange pour leur second. « Le patronage du saint qu’on choisit en deuxième prénom nous permet d’apprendre à nos enfants à prier leur saint patron pour des causes spéciales et qui nous semblent importantes : sainte Jeanne d’arc, priez pour la France, saint Michel archange, protégez-nous du mal… ».

Lire aussi : Bosco, ou quand la vie d’un saint inspire un prénom

SISTER, BROTHER, HUG
Ternavskaia Olga Alibec | Shutterstock

Une manière de rendre grâce

Il arrive que lors de grossesses ou accouchements difficiles, on invoque un saint en particulier. Pour leur rendre grâce après la naissance, certains parents choisissent de donner son prénom à leur enfant. Voilà pourquoi on honore sainte Rita, invoquée pour les causes désespérées, sainte Colette ou sainte Opportune, invoquées par les couples qui rencontrent des difficultés pour avoir des enfants, ou encore… Cœur ! Aliénor raconte que son grand-oncle a eu la joie de porter Cœur en troisième prénom parce qu’après avoir eu quatre filles, son arrière-grand-mère, désespérée, s’en est remis au Sacré-Cœur de Jésus pour avoir un garçon… et elle a été exaucée !

Lire aussi : Comment choisir le prénom de son enfant ?

Des personnes qui nous sont chères

En hommage à certaines personnes qui nous sont chères, c’est un beau geste de donner leur prénom à un enfant. Ainsi Camille a donné le prénom de personnes chères au cœur du couple, décédées, « qui avaient une grande foi, afin qu’ils veillent sur nos tout-petits et soient, en plus de leur saint patron, un allié auprès du Bon Dieu ».

Impliquer le parrain et la marraine

Certains parents offrent au parrain et à la marraine de choisir le deuxième ou le troisième prénom. Une manière de les impliquer dans leur rôle et de renforcer leur paternité spirituelle. Philippine témoigne qu’elle a beaucoup aimé impliquer les parrains et marraines dans ce choix pour leur filleul à naître.

Lire aussi : À toutes celles qui se sentent de bien piètres marraines

Familles internationales

Lorsque le couple est multiculturel, il est facile de donner des prénoms provenant des différentes cultures. Une façon de souligner un attachement à un autre pays ou à une autre tradition. Certains parents globe-trotters expliquent donner des prénoms provenant du pays où l’enfant est né, qui sont parfois de simples traductions de mots qui ont du sens. Aurore a ainsi donné en deuxième prénom Louzolo à leur fils, qui signifie amour et Elikia à leur fille, qui signifie espérance.

HAPPY FAMILY
Story of This Life | YouTube | Fair Use

Un exutoire bienvenu

Que ce soit votre conjoint qui déteste le prénom que vous adorez ou bien votre belle-sœur qui l’a déjà donné à son aîné, le deuxième prénom offre ainsi l’occasion d’assouvir vos envies. Il peut aussi y avoir une forme d’espièglerie, voire de calcul, dans le couple. Il arrive que l’un des conjoints tolère en deuxième ou troisième position des prénoms dont il ne veut pas entendre parler en premier prénom. Tout en faisant plaisir à son conjoint, il s’assure de ne plus pouvoir le donner ensuite pour d’éventuelles futures naissances…

A voir aussi : ces noms de saints qui sont devenus des prénoms
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]