Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Saint Justin, le païen à la recherche de la sagesse

Public Domain
Partager

Fêté le 1er juin dans l'Église catholique, saint Justin a été un inlassable chercheur de Vérité. Féru de philosophie, il a trouvé dans la religion chrétienne la réponse à sa quête de vérité.

En voici un qui a inlassablement cherché la sagesse. Nous sommes au IIe siècle. Né aux environs de Sichem, en Palestine, Justin vient d’une famille de païens aisée qui le pousse à faire des études. En quête de vérité, le jeune homme se tourne alors vers les stoïciens mais il n’est pas convaincu. En dépit de cause, il s’adresse à un disciple d’Aristote qui ne pense, lui, qu’à ses honoraires. Déçu, Justin se tourne vers un éminent platonicien dont la doctrine solide et exaltante lui donne satisfaction. Mais c’est seulement après avoir rencontré un chrétien qu’il trouve la Vérité tant recherchée. « Au terme d’un long itinéraire philosophique de recherche de la vérité, il parvint à la foi chrétienne », dira de lui Benoît XVI.

Un « pionnier »

Devenu chrétien, Justin ne renie pas sa quête philosophique, lui qui a tant étudié. Au contraire, il la voit comme une préparation de la révélation chrétienne. Pour Jean Paul II, Justin est parmi les « pionniers d’une rencontre fructueuse avec la pensée philosophique » (Fides et ratio, n. 38). Il fonde des écoles de philosophie à Éphèse puis à Rome et mène une carrière d’enseignant. Mais les chrétiens n’ont pas bonne presse dans l’Empire romain et comme il refuse d’apostasier, Justin est décapité. Et pourtant, il illustrait si bien cette maxime de Montaigne : « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine »…

À découvrir aussi : Les pires supplices des saints
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]