Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les premiers joueurs de tennis étaient… des moines !

sportoakimirka / Shutterstock
Partager

Alors que le prestigieux tournoi de Roland-Garros se tient actuellement à Paris, revenons sur l’origine du tennis, qui n’est autre que le jeu de paume, inventé dit-on par des moines pour se divertir après de longues heures de prière et de travail manuel.

Bien que les hommes jouaient à des jeux de balle dès l’Antiquité, il semble que ce soit pendant le Moyen-Âge que le tennis trouve ses origines dans l’invention du jeu de paume. Dès le XIe siècle, raconte la tradition, des moines du Royaume de France, cherchant à chasser l’oisiveté pendant leur temps libre, se mirent à jouer avec des balles chiffonnées dans les cloîtres ou les salles capitulaires. Ils installèrent une corde (pas encore de filet) pour délimiter les deux camps.

Wikipedia Commons
Dessin du 18e s. d'une partie de raquettes en double provenant de l'encyclopédie Diderot et d'Alembert dans la rubrique « Paulmerie, Jeu de Paulme et Construction de la Raquette ».

Bientôt, chanoines, prêtres et même évêques se seraient adonnés à ce jeu palpitant. On raconte même qu’ils ôtaient leur robe de bure pour qu’elle ne gêne pas leurs mouvements. Le jeu dépassa assez vite les clôtures monastiques et rencontra un franc succès, d’abord en France, puis en Angleterre. On l’appelle le jeu de paume, puisqu’il consistait à se renvoyer la balle avec la paume de la main. Il prend tout son essor à la Renaissance, époque à laquelle apparaît la raquette (terme d’origine arabe qui désigne la paume de la main) dotée d’un long manche et d’un cordage en boyaux de mouton, remplaçant les gants et les battoirs en bois.

Lire aussi : Quatre joueurs de tennis portés par leur foi

Cet ancêtre que fut le jeu de paume donna au tennis le nom qu’on lui connaît aujourd’hui : lorsqu’on jouait à la paume, le serveur avait coutume d’annoncer son envoi à l’adversaire en lui criant « Tenez ! ». En ancien français, l’impératif du verbe tenir se prononçait « Tenèts ! ». Quand les Anglais empruntèrent le jeu de paume et sa terminologie, ils entendirent « Tenèts », « Tenis », d’où « tennis ». Tous les passionnés de tennis peuvent donc remercier ces moines inventifs, qui, sans le vouloir, ont finalement légué un héritage autre que spirituel.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]