Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La langue du Christ est-elle menacée d’extinction ?

Pater Noster Hebrew and Aramaic
By DyziO | Shutterstock
La prière du Notre-Père en araméen.
Partager

Couramment parlé à l'époque du Christ, l'araméen est à présent une langue menacée d'extinction que les jeunes générations maîtrisent de moins en moins. Elle est encore pratiquée par une poignée de personnes.

Il s’agit de la langue parlée par le Christ. Parlé par Jésus il y a 2.000 ans, l’araméen, dialecte de la rue, est encore pratiqué aujourd’hui dans certaines certaines églises orientales mais il est à présent sérieusement menacé. À l’époque de Jésus, il était couramment parlé par les juifs tandis que l’hébreu restait la langue littéraire et religieuse. Avec la conquête arabe et l’arabisation des populations tant juives que chrétiennes de l’Asie occidentale, l’araméen — dont le nom vient d’Aram, une ancienne région du centre de la Syrie — s’est peu à peu éteint au profit de la langue du pays de résidence.

Les récents conflits en Irak et en Syrie n’ont  rien arrangé puisqu’ils ont fait fuir de nombreux habitants vers les villes. En témoigne à Maaloula, village situé dans le Qalamoun (Syrie), le nombre d’élèves dans l’unique maternelle du village qui est passé d’une centaine en 2010 à moins d’une trentaine en 2019. Les nouvelles générations apprennent de moins en moins ce dialecte qui est menacé d’isolement.

Une langue affaiblie par la guerre

Aujourd’hui, seulement quelques milliers de personnes parlent l’araméen, répartis dans une poignée de villages tels que Maaloula ou d’autres villages de la région de Mossoul, dans le nord de l’Irak. Alors qu’autrefois on l’entendait résonner dans les rues, ce dialecte ancestral a de fortes chances de disparaître d’ici cinq à dix ans. C’est ce qu’explique George Zaarour, spécialiste de cette langue. Selon lui, à Maaloula, 80% des habitants ne parlent pas araméen et il souligne que les 20% restants sont âgés de plus de 60 ans. Pour ceux qui souhaiteraient dire quelques mots dans cette langue hautement symbolique, voici le Notre-Père en araméen phonétique :

Awoun douèshméïa,
Notre Père, qui es aux cieux,

Nèth (q)radash(e) shmarh
Que ton nom soit sanctifié, 

Tété merkouzarh (z = th englais)
Que ton règne vienne,

Névé sévianarh
Que ta volonté soit faite

Eikén en douèshméya abb’hara
Sur la terre comme au ciel. 

Haoul’ann lar’man-sourane èn’yomana
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Ouérsh’ourl’ann houbènn ou arbarènn
Pardonne-nous nos offenses

Eikén ann-ap nann shouaria faïawénn
Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. 

Oulla tal’ann in tçiona
Et ne nous laisse pas entrer en tentation

Ella-pass’ ann èn bicha
Mais délivre-nous du mal.
Amen

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]