Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Lorsque la Bible célèbre les mères

© Domaine public
"La Nativité", par Giotto.
Partager

La Bible, très tôt et dans un contexte patriarcal, a su réserver une place importante aux mères ; des mères indispensables dans le judaïsme pour la perpétuation de la lignée, également des maternités exceptionnelles, signe divin dont ont pu bénéficier certaines femmes stériles, mais aussi et surtout une maternité divine, celle de Marie… Plus encore que la femme, la mère est bien omniprésente dans l’Ancien et le Nouveau Testament. Alors que le lien familial se trouve de nos jours de plus en plus fragilisé, la place de la mère demeure incontournable et toujours aussi essentielle, ainsi qu’on peut le voir à la lumière des exemples bibliques les plus forts.

L’injonction divine rapportée par la Bible dans la Genèse est sans équivoque pour l’espèce humaine : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la » (Gn 1, 28). La fécondité et la multiplication des hommes constituent ainsi l’un des commandements premiers. Le rôle dévolu à la femme pour accomplir cette mission, même si l’homme ne saurait être écarté, reste central, c’est elle qui portera en son sein la descendance des hommes. Si la Bible manifeste un modèle classique de patriarcat dans lequel l’homme détient le pouvoir et l’autorité, la place des mères est ainsi plus particulière et importante de par la descendance qu’elles rendent possible.

Une lecture sensible de l’Ancien Testament permet de dresser le portrait de ces mères illustres ou anonymes qui ont marqué les premiers temps de la foi monothéiste. Si les affaires religieuses demeuraient la plupart du temps hors de la sphère d’influence de la femme, étant donné qu’elle se tenait séparée des hommes pour la célébration des cultes, l’amélioration de son statut lui venait de sa maternité, la stérilité étant considérée comme un déshonneur et une punition pour avoir péché contre Dieu.

© Domaine Public
"La Fiancée Juive", par Rembrandt.

Une mère donnant de nombreux enfants à son mari correspondait à un signe de fertilité, synonyme de prospérité, une image qui a longtemps perduré jusqu’aux temps modernes. Ce statut de mère ne l’empêchait pas pour autant de s’occuper  des tâches ménagères et de se consacrer aux nombreux travaux des champs, autre persistance qui s’est également prolongée… Enfin, signe de sa grande précarité, une veuve sans enfant mâle se voyait contrainte d’épouser son beau-frère.

Ces maternités exceptionnelles de la Bible

Mais certaines femmes ne pouvant être mères vont cependant bénéficier dans les textes bibliques des plus grands miracles. L’Ancien et le Nouveau Testament ne comptent plus, en effet, le nombre de femmes stériles qui vont finalement pouvoir enfanter par leur foi en la grâce divine – même à un âge avancé. Il est intéressant de relever que le mot en hébreu qui désigne la stérilité est au féminin. Sarah, l’épouse stérile d’Abraham, enfantera Isaac malgré son grand âge. De même, la femme d’Isaac, Rébecca, ne pourra elle aussi lui donner d’enfant, jusqu’à ce que le Seigneur écoute sa prière et lui accorde les jumeaux Ésaü et Jacob.

Lire aussi : Ruth, une femme à la fidélité infaillible

Anne, également stérile, promet quant à elle de donner son futur fils au service du Seigneur s’il accomplit son vœu ; elle donnera naissance à Samuel, un des prophètes. La stérilité sert de contrepoint à l’écoute de la Parole : si le cœur de l’homme – et de la femme en l’occurrence – se rapproche de Dieu en écoutant ses paroles, il donnera du fruit, métaphore trouvant grâce dans ces maternités exceptionnelles que la prophétie d’Isaïe sublime ainsi : « Crie de joie, femme stérile, toi qui n’as pas enfanté ; jubile, éclate en cris de joie, toi qui n’as pas connu les douleurs ! Car les fils de la délaissée seront plus nombreux que les fils de l’épouse, – dit le Seigneur » (Is 54, 1).

La Maternité divine

Élisabeth, cousine de la Vierge Marie, perpétue dans le Nouveau Testament cette longue lignée de femmes n’ayant pu enfanter. Alors qu’elle a atteint un âge avancé, l’ange Gabriel annonce à son mari Zacharie qu’elle donnera pourtant naissance à un enfant qui aura pour nom Jean, le futur Jean le Baptiste.

© DonCamillo I CC BY-SA 4.0
"Élisabeth, mère de saint Jean-Baptiste", par Villalcazar de Sirga.

Simultanément, une maternité plus exceptionnelle encore va survenir avec Marie, Vierge et se préparant au mariage avec Joseph. L’Ange Gabriel lors de la Visitation lui apprend qu’elle va donner naissance à un enfant qui sera nommé Jésus, Fils de Dieu. Par ce fait unique et exceptionnel, Marie sera nommée « mère de Dieu », Théotokos en grec, et donnera ainsi naissance au Logos divin, la parole faite chair selon la formule latine de l’Évangile de Jean : « Et verbum caro factum est » (Jn 1, 14). Le sentiment qui en résulte se trouve gravé pour l’éternité dans le célèbre Magnificat qui évoque, au-delà de la joie légitime d’une mère, l’exaltation sans limites pour le Seigneur.

© Domaine Public
"La Visitation", par Philippe de Champaigne.

La célébration de la mère

La Bible offre ainsi un tableau immensément riche et inépuisable de la maternité et des mères. Nombreux seront les peintres qui s’empareront du thème de la Sainte Parenté (famille de Marie). Mère de rois ou de prophètes, stérile mais enfantant néanmoins, la mère demeure omniprésente dans les textes bibliques, sans oublier Anne, elle-même mère de Marie, et bien sûr, Ève, mère symbolique de toute notre humanité jusqu’à Marie, présentée comme la Nouvelle Ève, qui écarte la mort au profit de la vie…

© Domaine Public
"La Sainte Parenté", par Jan Baegert.

Aussi n’est-il pas surprenant que les mamans soient célébrées dans de nombreux pays depuis la fin de la Première Guerre mondiale en Europe. En France, c’est la loi de 1950 qui retiendra le dernier dimanche de mai (sauf quand c’est la Pentecôte) pour fêter toutes les mamans.

À lire aussi : Ces femmes extraordinaires et inspirantes de la Bible
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]